[DOSSIER] Dix Albums qui m’ont marqué en 2010-2019

Bonjour tout le monde ! Il y a quelques semaines, j’ai eu l’idée de vous faire un bilan de ma décennie 2010-2019, aussi bien au rayon musical qu’au rayon cinématographique. Je sais qu’on est déjà en mai. Mais comme dit la célèbre expression : « En mai, fais ce qu’il te plaît ! », alors j’ai décidé de me faire plaisir ! On va donc commencer ce bilan général avec les dix albums qui m’ont le plus marqué ces dix dernières années.

Il y a eu effectivement de très bons albums, de la part de nombreux artistes et de groupes. J’aurais d’ailleurs voulu les mettre, mais j’ai préféré limiter cette sélection à dix opus seulement. Je ne les ai pas non plus classés par ordre de préférence, car c’était tout simplement impossible pour moi. En passant, j’ai déjà parlé de tous les albums sélectionnés sur le blog par le passé.

Sur ce, découvrons cette sélection sans plus attendre !

***

Ariana Grande, Dangerous Woman (2016)

Je crois qu’Ariana Grande ne fera jamais mieux que son troisième album, Dangerous Woman. Pour moi, elle avait réussi à trouver le bon équilibre musical à l’époque : des hits R’N’B acidulés mêlés à des ballades divaesques qui me rappellent beaucoup son idole Mariah Carey (comme l’excellent Sometimes qui est, selon moi, le digne descendant d’Always Be My Baby). Sans oublier LA chanson de sa carrière, j’ai nommé Bad Decisions (qui est trop méconnue du grand public, malheureusement).

Lire mon avis ici.

***

Tove Lo, Lady Wood (2016)

En 2014, la chanteuse suédoise Tove Lo affolait la scène pop avec son premier album Queen of the Clouds et le tube Habits (et son remix plus culte que la version originale). Deux ans plus tard, elle frappe encore plus fort avec Lady Wood, son deuxième opus. Pour moi, c’est l’album « qui crie sexe de la première à la dernière piste » excellent en la matière. Quand toutes les chanteuses américaines de sa génération s’aventurent sur ce terrain-là, en restant « sages » pour autant (sauf peut-être Lady Gaga), Tove Lo ne le fait pas qu’à moitié. D’ailleurs, elle a sorti en 2017 la suite directe de Lady Wood, Blue Lips, plus mélancolique, mais pas moins excellent.

Lire mon avis ici.

***

Christina Aguilera, Liberation (2018)

S’il y en a bien une dont je n’attendais plus le retour, c’était bel et bien Christina Aguilera. Il faut dire aussi qu’après l’échec de ses deux derniers albums, elle nous avait plus habitués à la voir être jurée dans un télé-crochet et à faire des featurings à droite à gauche. Mais voilà qu’en 2018, elle fait son grand comeback musical sans crier gare, en déchaînant la critique et les fans. Pour cause, son sixième opus Liberation est un véritable retour aux sources pour la diva. Et tant mieux ! La vraie Christina Aguilera est enfin de retour et, surtout, elle sait de nouveau moduler sa voix comme il faut (même si elle n’avait jamais vraiment perdu sa puissance vocale).

Lire mon avis ici.

***

Rihanna, LOUD (2010)

Durant les années 2010, Rihanna avait tellement sorti d’albums qu’on ne savait plus lequel était lequel. Bon, j’avoue être mauvaise langue sur ce coup-là, mais j’avais peur qu’elle finisse par lasser le grand public. Alors que maintenant, elle se fait beaucoup trop désirer concernant son neuvième album (qu’elle tarde à sortir). Bref, tout ça pour dire qu’au début de la décennie, elle nous offre LOUD, un court album concentré de hits survitaminés — il y a 11 chansons dessus. Et je crois qu’au rayon pop, elle n’a jamais sorti de disque aussi percutant que celui-là. Personnellement, je trouve l’ère LOUD parfaite de A à Z, que ce soit l’album en lui-même, les clips ou les performances live.

Lire mon avis ici.

***

Beyoncé, 4 (2011)

J’aurais pu choisir Lemonade, qui fait partie de ce qui s’est fait le mieux au rayon R’N’B ces dernières années. Mais je lui ai préféré finalement le divaesque 4. D’après moi, c’est ce que Beyoncé a fait de mieux en termes de ballades (même si par la suite, elle a sorti les très bons Drunk in Love et XO). 4 met ainsi divinement en avant le côté « gueulard » de la chanteuse et personnellement, j’adore. Run The World (Girls) fait d’ailleurs office d’ovni ici, vu qu’il n’a strictement rien à voir avec les 11 pistes qui le précèdent.

Lire mon avis ici.

***

Selena Gomez, Revival (2015)

Revival, un titre d’album très évocateur pour Selena Gomez, puisqu’il fait écho à sa renaissance à la suite de sa maladie (même si elle a malheureusement rechuté, depuis). Des six albums qu’elle a sortis jusque-là — j’inclus aussi ceux enregistrés sous le nom de Selena Gomez & The Scene —, celui-ci est son plus abouti et son plus efficace en termes de tubes. On oscille ainsi habilement entre up-tempos et ballades, en passant par des tas d’influences musicales (comme la musique latino dans Loco et Body Heat). Bref, c’est un disque indispensable si vous aimez la pop.

Lire mon avis ici.

***

Avril Lavigne, Head Above Water (2019)

Je croyais qu’on avait définitivement perdu Avril Lavigne, noyée entre son image de skateuse rebelle périmée et sa maladie contre laquelle elle a vaillamment lutté. Mais quand j’ai écouté son premier opus depuis six ans, je me suis dit : « Mais que lui arrive-t-il ? A-t-elle ENFIN compris que son style musical devrait être en raccord avec son âge ? » Il faut croire que oui. Elle nous livre ainsi son album le plus touchant, le plus fort et le plus émouvant de sa carrière, en se confiant comme jamais à son public. Personnellement, j’espère qu’elle continuera dans cette lignée.

Lire mon avis ici.

***

Miley Cyrus, Can’t Be Tamed (2010)

Avant de se la jouer trash (pour ensuite redevenir sage, pour après redevenir trash, car c’était plus vendeur), Miley Cyrus avait su trouver un équilibre entre la provocation et le sexy dans son troisième essai, Can’t Be Tamed. Certes, elle n’était pas toujours fine et subtile, mais ça allait selon moi. Sinon, on sentait déjà une belle évolution dans sa musique, avec des sons à la production plus lourde et aux paroles plus matures. Elle parle ainsi d’émancipation avec une énergie qui la caractérise, dans Liberty Walk et Robot par exemple. En d’autres mots, c’est un album qui me donne la force d’avancer dans la vie.

Lire mon avis ici.

***

All Saints, Red Flag (2016)

Encore un girls band qu’on croyait disparu jamais ! Mais pour montrer qu’elles avaient encore du talent à revendre, les All Saints ont sorti Red Flag, dix ans après leur précédent opus. Elles avaient déjà donné le ton avec le premier single One Strike (une bombe pop comme on n’en faisait plus depuis des lustres). Et avec Red Flag, elles ont juste confirmé qu’elles étaient encore dans le coup. C’est donc un album parfait du début à la fin, différent de la plupart des disques pop et avec sa propre identité musicale.

Lire mon avis ici.

***

La La Land (OST) (2017)

Il fallait que je vous parle à nouveau de cette bande originale magique, tant elle est culte et inoubliable. Les chansons de La La Land ont beaucoup marqué leurs esprits depuis la sortie du film et, à mon avis, elles ne prendront jamais une seule ride. Ce sont des morceaux tout simplement intemporels, qui sont magnifiquement interprétés par Emma Stone et Ryan Gosling (The Fools Who Dream est une pure merveille). Je n’écoute pas forcément des bandes originales de films en général, mais celle-là fait clairement partie de mes favorites !

Lire mon avis ici.

***

Et voilà pour ce bilan musical de la décennie écoulée. J’ai été ravi de le partager avec vous, tout comme j’ai aimé rédiger cet article. Et vous, quels sont vos albums favoris des années 2010 ? N’hésitez pas à me le dire dans les commentaires ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.