[LIVRE] Suzanne Collins, The Hunger Games – The Ballad of Songbirds and Snakes

Je viens de terminer ma lecture du préquel de Hunger Games de Suzanne Collins, La Balade du Serpent et de l’Oiseau Chanteur. Ce n’était pas du tout une lecture que j’avais prévue à la base, puisque j’ai appris la sortie de ce nouveau tome à la dernière minute. Et je ne regrette absolument pas de l’avoir acheté le jour J, car je l’ai devoré ! En effet, j’ai retrouvé dans ce nouveau roman tout ce qui j’aime dans cette saga : l’action, de l’émotion et des trahisons !

Pourquoi des trahisons ? Eh bien, le fait que ce préquel soit centré sur Coriolanus Snow devrait vous mettre la puce à l’oreille. 😉 À ce sujet, cette lecture était intéressante, puisqu’elle m’a permis de découvrir le président Snow durant ses jeunes années et, surtout, avec un côté humain. Oui, vous m’avez bien lu ! Dans ce livre, Coriolanus Snow a des qualités qu’on n’avait pas eues l’occasion de découvrir dans les bouquins précédents.

Mais rassurez-vous, c’était déjà un bel opportuniste, couplé d’un traître et d’un bel enfoiré. Ce qui fait que j’ai passé mon temps à l’aimer autant qu’à le détester, pendant ma lecture. À l’aimer, car il a presque tout perdu d’un point de vue matériel et que j’avais envie qu’il réussisse tout ce qu’il entreprenait. Et à le détester, car il n’hésite pas à trahir ses proches pour arriver à ses propres fins. Par ailleurs, j’avais juste envie de hurler à la fin du livre, tellement il est abjecte dans le fond. Cela dit, il y a d’autres personnages bien plus détestables que lui dans ce roman (comme le Dr Gaul, qui m’a mis mal à l’aise tellement elle est folle à lier).

J’ai également beaucoup apprécié ma lecture, car Suzanne Collins a glissé plein de références à la trilogie d’origine dans cette histoire. Elle est également venue étoffer la mythologie qu’elle avait créée il y a des années, en apportant des explications utiles par rapport à certains éléments clés de la saga (comme l’origine et le sens de la célèbre chanson phare “L’Arbre du Pendu”). On (re)découvre également les Hunger Games, des coulisses du Capitole cette fois (du moins, de ce à quoi ça ressemblait à l’époque, puisque les jeux n’étaient pas aussi sophistiqués soixante ans en arrière – ici, il s’agit de la dixième édition). Et même à la fin du roman, on sent qu’il y a encore tellement de choses à raconter, tant cet univers est riche. Moi, je parie tout ce que vous voulez qu’il y aura une suite à ce quatrième tome !

Enfin, j’ai aimé faire connaissance avec les nouveaux personnages, que ce soit Sejanus, Tigris (que je ne m’attendais pas à retrouver ici et, surtout, à ce qu’elle fût aussi proche de Snow durant leur jeunesse !). Sejanus m’a beaucoup attendri et même s’il avait tendance à m’exaspérer (à cause de ses actes irréfléchis), j’ai eu mal au coeur quand j’ai découvert sa destinée finale. Tigris, elle, est très maternelle et attachante ; elle est toujours là pour ses proches, quoiqu’il arrive. Quant à Lucy Gray, elle m’a beaucoup rappelé Katniss par son insolence et sa volonté à jouer selon ses propres règles (bien qu’elle soit plus manipulatrice). J’ai d’ailleurs mieux compris pourquoi Snow haïssait tant Katniss, que ce soit à cause de Lucy Gray comme de son mépris pour les districts (ou encore des fameux geais moqueurs, dont on découvre aussi l’origine).

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré ce nouveau roman Hunger Games. Il est clairement tout ce que j’attendais de la saga et l’écriture fluide de Suzanne Collins m’a beaucoup aidé à l’apprécier.

Et vous, l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à me le dire dans les commentaires !

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.