[CINÉMA] Doubles Vies

Ce film est sorti en début d’année et est passé inaperçu. Et il n’est pas resté longtemps à l’affiche. J’avais très envie de le voir depuis le temps, puisque je m’intéresse à la carrière d’Olivier Assayas depuis Clouds of Sils Maria. Comme c’est un réalisateur qui divise beaucoup les spectateurs, c’est parfait pour moi en somme.

Je peux comprendre que le public ait détesté Doubles Vies. Le scénario est absent et ce sont surtout 1h50 de bavardages (incessants pour les uns, passionnants pour d’autres) sur la littérature et d’autres sujets. D’emblée, ça m’a rassuré dans un sens, puisque c’est dans la continuité de Sils Maria : cette fois, on s’intéresse au monde de l’édition et à la littérature en général (qu’on couple avec le numérique). On rajoute un peu de politique, de séries TV (Juliette Binoche joue à nouveau une actrice qui a envie de renouveau, tout en s’interrogeant sur sa carrière) et de tromperies (d’où le titre Doubles Vies, j’imagine). Sur ce dernier point, ça ajoute un peu “d’enjeux” au film, mais rien de bien folichon non plus. Donc oui, j’ai aimé ce nouveau long-métrage d’Olivier Assayas.

Au premier visionnage de Sils Maria, j’avais eu du mal avec son côté trop bavard (malgré le très bon jeu des actrices). Cette fois, je suis directement rentré dans le délire de “branlette intellectuelle” d’Olivier Assayas. Pour le dire autrement, ça m’allait parfaitement de regarder à l’écran des gens refaire le monde, et ce avec passion et dévouement. C’est comme si les acteurs se sentaient comme chez eux, lorsqu’ils jouent devant la caméra d’Olivier. J’imagine qu’ils ont aussi pas mal improvisé leurs lignes de dialogues, en se laissant emporter par les différentes scènes. Même s’ils jouent des bobos parisiens (qui sont donc un peu centrés dans leur univers parisianiste), ça m’allait très bien personnellement.

Les acteurs sont tous excellents : Guillaume Canet, Juliette Binoche, Vincent Macaigne, Nora Hamzawi, Christa Théret, Antoine Reinartz… J’ai surtout aimé le personnage de Macaigne, qui est centré sur lui-même et ne sait vraiment pas parler en public (je me suis reconnu en lui, sur ce dernier point). Olivier Assayas sait bien diriger son casting.

Je ne tournerai pas autour du pot : des films comme Doubles Vies, j’en redemande ! J’ai d’ailleurs trouvé que l’allusion à Juliette Binoche à la fin du film était rigolote.

Un commentaire

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.