[ALBUMS] Critiques Express #18

Bonjour tout le monde ! J’espère que vous allez bien et que vous poursuivez bien le mois de janvier. Aujourd’hui, je vous parle de trois albums qui ont marqué la fin de l’année 2020 : Positions d’Ariana Grande, Disco de Kylie Minogue et Plastic Hearts de Miley Cyrus. Bonne lecture !

***

Ariana Grande, Positions

Alors qu’une réédition de Positions vient de sortir, je vous parle de la première édition sortie fin 2020. Je vais vous le dire d’emblée : j’ai eu beaucoup de mal à accrocher à ce sixième album d’Ariana Grande. Il faut dire aussi qu’elle avait placé la barre très haut avec Thank U, Next et la bande originale de Charlie’s Angels. En fait, je lui reproche beaucoup de rester dans sa zone de confort et de ne pas se renouveler depuis Sweetener.

Malgré tout, Positions est un album agréable à écouter et reposant. Bon, c’est vrai que la plupart des titres se ressemblent et que peu sortent du lot. Mais je dois avouer que son ambiance langoureuse et érotique me plait bien. Sur le fond — les paroles —, c’est vrai qu’il y a une évolution de la part d’Ariana Grande. Mais sur la forme, il n’y en a pas et je trouve ça dommage. J’imagine que c’est le « prix » à payer pour garder sa popularité auprès du public. J’espère donc que le septième album sera plus efficace et plus tubesque, à l’image de Thank U, Next et de Dangerous Woman.

Parmi les titres que je retiens de l’album Positions, il y a :

  • Shut Up, une sublime chanson d’ouverture comme elle seule sait en faire et, accessoirement, ma piste favorite ;
  • Motive qui, je trouve, a du potentiel pour sortir en single ;
  • My Hair, dont la mélodie le rend langoureux et divaesque dans l’âme ;
  • Nasty, qui sonne très « Mariah Carey » (la chanson me rappelle Thanx 4 Nothin’ de cette dernière) ;
  • Love Language, qui aurait pu figurer dans Sweetener;
  • Positions, qui s’avère être entraînante au fil du temps ;
  • Pov, qui clôture l’album de manière élégante.

En résumé, Positions, c’est le genre d’album qu’on écoute pour se détendre. Mais, malgré ses qualités, je pense qu’il tombera progressivement dans l’oubli.

***

Kylie Minogue, Disco

Deux ans après avoir incorporé la country à sa musique dans Golden, Kylie Minogue insuffle une ambiance disco à sa musique. Disco est ainsi une ode à la musique qui fit danser les jeunes durant les années 70. Dans le même temps, la plus française des Australiennes revient à ses sources, avec un album qui rappelle ceux de ses grandes heures (tels que Light Years et Fever).

Lorsqu’on écoute Disco, le message est clair: Kylie veut nous faire danser et insuffler de la légèreté à notre quotidien. Certes, c’est un opus qui sonne générique dès le départ, mais la chanteuse ne s’en cache pas une seule seconde. Et puis, l’hommage au disco est poussé jusqu’au bout, y compris dans la forme (cf. la pochette kitch). Bref, on retrouve Kylie Minogue « la faiseuse de tubes » et ça fait du bien ! Même si, personnellement, j’aime également Kylie « l’artiste qui expérimente » (cf. les albums Impossible Princess et Body Language).

Parmi les seize titres de Disco (version Deluxe), je retiens :

  • Magic, qui est un tube évident dès la première écoute et qui mérite son succès radiophonique actuel ;
  • Monday Blues, dont j’adore les accords de guitare en fond ;
  • Supernova, l’une des chansons les plus estampillées 70s de l’album ;
  • Where Does The DJ Go?, qui est assurément le tube de cet opus ;
  • Celebrate You, qui m’inspire la joie de vivre et le grand Amour ;
  • Till You Love Somebody, que j’adore personnellement ;
  • Spotlight, qui est très minoguesque dans l’âme.

Pour conclure, Disco est l’album parfait pour danser en soirée. Cependant, je pense que ce n’est pas un album qui restera dans les annales de sa discographie.

***

Miley Cyrus, Plastic Hearts

Après s’être assagie le temps d’un album (Younger Now) et après avoir compris que ça ne lui ferait rien vendre, Miley Cyrus renoue avec ses vieux démons avec Plastic Hearts, son dernier album. Bon OK, mis à part le clip de Prisoners (inutilement sale), la chanteuse s’est calmée au niveau de la provocation. En attendant, son Plastic Hearts est étonnamment bon.

C’est simple : je n’en attendais absolument rien ! Je n’avais flashé ni sur Midnight Sky ni sur Prisoner, même si j’accroche mieux à ces titres maintenant. Mais en écoutant Plastic Hearts, j’ai repensé à l’un de ses précédents albums (Can’t Be Tamed). Pour moi, c’est le successeur direct de Can’t Be Tamed dans le style musical et dans l’esprit. Il me rappelle même l’album A Little More Personal (RAW) de Lindsay Lohan. D’ailleurs, comme cette dernière en son temps, Miley reprend la chanson Edge of Seventeen de Stevie Nicks, dans un sublime mashup avec Midnight Sky.

De chansons sublimes, l’album Plastic Hearts en est composé. Personnellement, j’adore :

  • WTF Do I Know, la chanson d’ouverture qui donne d’emblée le ton ;
  • Plastic Hearts et ses sonorités rock’n’roll addictives ;
  • Angels Like You, une sublime ballade dont seule Miley a le secret ;
  • Night Crawling, un up-tempo à l’esprit rock 80s bien assumé ;
  • High et Hate Me, qui me rappellent les premières heures innocentes de la chanteuse ;
  • Heart of Glass et Zombie, deux reprises explosives qui démontrent tout le talent de Miley.

Bref, avec Plastic Hearts, Miley Cyrus m’a réconcilié avec elle, en quelque sorte. Pour moi, c’est l’un des meilleurs albums sortis en 2020. La preuve : j’en raffole encore !

***

Et vous, avez-vous écouté ces trois albums ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.