[SÉRIE T.V.] Why Women Kill (Saison 1)

Aujourd’hui, je vous parle de Why Women Kill, la nouvelle série de Marc Cherry (le créateur du cultissime Desperate Housewives). J’en avais entendu parler, car elle était diffusée sur M6 récemment et j’étais curieux de voir ce que ça donnait. J’en retiens ainsi une première saison solide au niveau de ses intrigues (même si elles ont été déjà racontées par d’autres scénaristes par le passé) et de son jeu d’acteur.

Je vous avoue que j’étais sceptique en regardant les deux premiers épisodes. Je me demandais comment Marc Cherry allait me captiver avec des histoires qui, comme je l’ai dit précédemment, sonnaient déjà vu. Surtout pour l’intrigue se déroulant à notre époque — il y en a trois à différentes époques : les années 60, les années 80 et les années 2010. Mais finalement, au fil des épisodes, Cherry a su bien construire ses intrigues pour leur donner à chacune une conclusion magistrale.

En effet, le but de la série est de nous faire comprendre pourquoi ces femmes veulent tuer une personne en particulier. Et ça, elle y parvient parfaitement, que ce soit avec Beth-Ann, Simone ou Taylor. Pour la première, j’étais bien content du dénouement final (pour la « victime », c’était clairement mérité après tout ce qu’elle lui avait fait endurer). Pour la seconde, je ne m’attendais pas à ce que la situation prenne une tournure tout à fait dramatique (c’est l’histoire qui m’a le plus ému, par ailleurs). Enfin, pour la troisième, au début je me disais qu’elle avait bien cherché les emmerdes (les ménages à trois, ça finit souvent mal au cinéma ou à la télé). Mais là aussi, la série prend une tournure inattendue pour l’un des personnages et au final, le dénouement est satisfaisant.

L’autre originalité de Why Women Kill est que TOUT se déroule dans la même maison. Ça m’a d’ailleurs rappelé celle de Mary-Alice, dans laquelle il finit toujours par se passer un truc depuis qu’elle s’est suicidée. Ici, c’est pareil avec les trois meurtres se déroulant successivement. De plus, Marc Cherry a réussi à rendre l’ensemble bien fluide : les intrigues ont beau se dérouler à différentes époques, tout s’enchaîne bien et elles sont liées les unes aux autres par leurs thématiques.

J’ai beaucoup aimé également les différentes introductions de chaque épisode. Ça rajoutait de l’originalité et de l’ironie (comme la voix off de Mary-Alice qui débutait chaque épisode de Desperate Housewives). Il y a aussi le générique de début, qui rappelle beaucoup celui de DH (avec les femmes trompées et esseulées qui décident de se venger de leurs maris). En outre, Why Women Kill aborde avec beaucoup de justesse et/d’humour des thèmes vraiment sombres, comme la toxicomanie, l’homophobie liée au sida ou encore le deuil douloureux de la mort d’un enfant. Son créateur a su viser juste, de ce côté-là.

Enfin, tous les acteurs sont excellents. Quel plaisir de retrouver Lucy Liu dans le rôle bitchy d’une femme superficielle, qui sort toujours des répliques drôles (mais qui évoluera d’une bien belle manière). Ginnifer Goodwin est excellente également. Je connaissais très peu cette actrice, mais elle m’a carrément bluffé (surtout dans l’épisode 9). Kirby Howell-Baptiste est un peu en deçà de ses consœurs, mais elle ne démérite pas un seul instant. Côté rôles secondaires, je retiens surtout Alexandra Daddario (qui m’a beaucoup surpris ici, car je la connaissais de nom, mais pas forcément en bien), Sam Jaeger, Jack Davenport et Katie Finneran.

Je vous recommande donc de regarder Why Women Kill. D’ailleurs, la saison 2 mettra en scène d’autres personnages. Je trouve effectivement qu’on a fait le tour avec ceux de la première saison, l’épisode 10 venant boucler la boucle d’une certaine façon.

Et vous, avez-vous regardé cette série ? Si oui, avez-vous aimé sa première saison ? N’hésitez pas à m’en parler dans les commentaires !

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.