[CINÉMA] King Kong

Ann Darrow est à la rue et n’a désormais plus rien, la crise des années trente faisant rage en Amérique du Nord. Carl Denham voit l’avenir de son nouveau film menacé et décide alors de continuer le tournage, malgré l’interdiction formelle des producteurs. Ces derniers lancent même la police à ses trousses. Cela ne va pourtant pas l’empêcher d’embarquer pour le Singapour en compagnie d’Ann, qu’il a découverte par un pur hasard, et de Jack Driscoll, son scénariste. Mais en réalité, ce n’est pas au Singapour que Denham veut achever son film…

Il faut une bonne heure à Jackson pour mettre en place son intrigue, ses personnages et King Kong en général. Une bonne heure où on s’emmerde complètement, n’attendant qu’une chose : qu’IL arrive. Pourtant, Kong bénéficie d’un bon scénario, d’une Amérique des années trente brillamment retranscrite et de bons acteurs. En particulier Naomi Watts, réincarnation parfaite de la diva glamour de l’époque, qui aurait bien mérité un oscar pour son rôle. Et ce cri… j’adore ! Son histoire d’amour avec Adrien Brody, quant à elle, n’a vraiment aucun intérêt, du moins au départ (à la fin, elle prendra plus d’ampleur).

Après soixante minutes interminables, dirais-je, IL arrive et à ce moment-là, le King Kong de Peter Jackson prend enfin de l’intérêt à nos yeux. C’est ainsi un spectacle grandiose qui s’offre à nous. Et quel spectacle ! L’île du crâne est visuellement éblouissante, les différentes créatures sont d’un réalisme effarant et King Kong tout simplement… magnifique ! On l’apprivoise, puis on s’y attache, telle Ann Darrow qui a su regarder à travers le soi-disant monstre. Si bien qu’on finit par succomber à cette histoire d’amour, pourtant improbable. Si bien qu’à notre tour, on voudrait être à la place de Darrow, et ainsi partager ces moments simples et si beaux avec cet être attachant, et drôle aussi. On en a même les larmes aux yeux lorsqu’on y repense.

La dernière heure, quant à elle, est tout simplement incroyable. La cruauté et la vanité humaine sont mises à nues, et la fin est, de ce fait, bouleversante. La beauté visuelle s’allie ainsi à merveille à la poésie intérieure du film.

King Kong restera donc culte dans le genre, grâce à ses effets visuels grandioses, et aussi grâce à cette histoire simplette, mais ô combien magnifique ! On excepte évidemment sa première partie, vraiment ennuyeuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.