[CINÉMA] Kick-Ass

Lorsque Dave Lizewski, fana absolu de comics, décide de devenir le superhéros Kick-Ass, c’est pour faire comme Batman, Spider-Man ou encore Superman : combattre le crime. Mais quand on n’a pas de super pouvoirs, ce n’est pas toujours évident. Or, il y en a qui ont tout compris, comme Big Daddy et sa jeune partenaire Hit-Girl…

À l’image de la franchise Spider-Man, dont il s’inspire clairement, Kick-Ass avait toutes les cartes en main pour donner à chacun de ses héros un véritable semblant d’humanité, malgré le côté « parodie ». Mais les tentatives de rendre les Macready attachants, à travers leur histoire clichée et tire-larmes, sont bien veines. Si bien que finalement, Kick-Ass s’avère plus être un film de superhéros comme un autre, avec ses nombreux gags parodiques en hommage aux grands classiques du genre (Spider-Man, Batman, Superman…).

Aidé par de bons comédiens et également une écriture ciselée, Kick-Ass ne prend pas cependant pas trop de risques niveau scénario. Pour tout vous dire, j’avais vraiment l’impression de voir un pur remake de la vie de Peter Parker, grossièrement exagérée (et parodiée, forcément). Le tout est agrémenté d’un humour parfois très pipi-caca, un humour qui passe très bien au final. Si bien que face à chaque réplique et à chaque scène (et mise en scène, du coup), on se met à rire comme des baleines (ou presque). Quant aux (nombreuses) références, j’ai surtout retenu celle du clip d’Eminem, « Without Me », avec Kick-Ass et Red Mist bougeant la tête sur « Crazy » de Gnarls Barkley.

Les acteurs, eux, sont vraiment très bons. Déjà, j’ai été ravi de retrouver Lyndsy Fonseca (la fameuse Dylan de « Desperate Housewives », qui joue à merveille son rôle de petite amie cruche). Mark Strong est, comme à son habitude, excellent (les rôles de méchants lui vont décidément bien). La petite Chloe Moretz est vraiment douée, tellement son personnage est barré. Quant à Aaron Johnson, il a beaucoup d’avenir dans le métier (il a d’ailleurs l’air très prometteur dans le « Chatroom » d’Hideo Nakata). Seul Nicolas Cage laisse de marbre (il serait temps pour lui de prendre sa retraite).

Kick-Ass remplit donc juste son contrat de divertissement pour ados, en reprenant les ficelles qui ont fait la gloire de Sam Raimi, entre autres. Dommage que le scénario ne soit pas plus abouti, en ne prenant pas davantage de risques. Peut-être au prochain numéro…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.