[DOSSIER] Mariah Carey, Glitter – L’album et le film !

Cela faisait des années que je souhaitais dédier un article à Glitter (l’album) de Mariah Carey sur le blog. En effet, il fait partie de mes albums de chevet et, surtout, c’est celui qui m’a rendu fan de Mariah. Et comme j’ai revu le film récemment, je me suis dit : autant faire d’une pierre deux coups ! Dans une première partie, je reviendrai donc sur l’album et dans une seconde partie, je vous parlerai du film de Vondie Curtis-Hall.

***

Glitter (l’album)

Ou devrais-je plutôt parler de bande originale ? En effet, beaucoup l’oublient, mais Glitter est la bande originale du film du même nom, en plus d’être son huitième album. Bande originale ou album, moi j’avoue ne faire aucune distinction. Je sais juste une chose : pour moi, Glitter est mon album préféré de Mariah Carey et surtout, j’ai toujours l’impression de l’écouter pour la première fois quand je lance la première piste (Loverboy (Remix)). Bref, vous l’aurez compris : cet album, c’est presque ma bible musicale à moi (avec d’autres albums).

Comme d’habitude, je vais vous donner mon avis chanson par chanson, afin que vous ayez mon ressenti détaillé sur Glitter. C’est parti !

  • Loverboy (Remix) : je préfère cette version à la version album, et ce, même si Mariah ne l’a pas rechantée pour le coup. Le fait qu’il y ait beaucoup de rap est un plus, selon moi.
  • Lead The Way : première ballade de l’album et première grosse claque vocale (comme toujours, avec Mariah). Cette chanson respire ainsi l’amour à 100 % (en tant que grand fan de ballades pop romantique, je suis comblé). Quant à la dernière partie, elle m’achève toujours.
  • If We : sans hésiter, c’est le morceau de l’album que j’aime le moins de l’album. À vrai dire, je n’aime pas trop l’idée que Mariah ne chante que durant les refrains. Et puis, je trouve qu’il manque quelque chose à ce titre pour le rendre plus efficace.
  • Didn’t Mean To Turn You On : voilà venir mon premier gros coup de cœur de Glitter, cette reprise géniale qu’est Didn’t Mean To Turn You On. Même si l’instrumentale est 100 % identique à l’originale, je trouve que Mariah Carey a su se la réapproprier pour en faire sa chanson à elle. En tout cas, je trouve dommage qu’elle ne l’ait jamais sortie en single, car elle aurait pu cartonner.
  • Don’t Stop : il s’agit du second titre où Mariah ne chante que durant le refrain (et durant le bridge, durant lequel la diva nous offre d’ailleurs un grand moment vocal). Mais celui-ci passe mieux, je trouve. Même si ce n’est pas mon morceau favori de Glitter.
  • All My Life : voici ma deuxième chanson favorite de l’album. Comme pour Didn’t Mean To Turn You On, All My Life aurait pu sortir facilement en single à l’époque. En d’autres termes, j’adore ce titre de bout en bout.
  • Reflections (Care Enough) : c’est la deuxième ballade de Glitter après Lead The Way et encore une fois, Mariah frappe fort. De plus, la thématique abordée (l’abandon parental) est déchirante et rend ce morceau d’autant plus émouvant. La version du film vaut d’ailleurs le détour.
  • Last Night a DJ Saved My Life : voici mon troisième titre chouchou de l’album, la reprise géniale qu’est ce classique d’Indeep. Pour moi, ce sont 6 minutes 43 secondes de pur bonheur musical (et encore, je ne trouve pas le titre assez long !). D’ailleurs, ce morceau avait fait beaucoup de bruit sur les ondes françaises et personnellement, je comprends pourquoi !
  • Want You : cette neuvième piste est un excellent duo avec le chanteur Eric Benét, que je trouve hyper efficace dans son ensemble. Encore un single manqué…
  • Never Too Far : c’est la troisième ballade de l’album et sans surprise, Mariah cartonne toujours autant sur ce créneau musical. Never Too Far s’inscrit d’ailleurs la lignée des grands standards de la diva (Can’t Take That Away, Forever ou encore Without You). Bref, il s’agit d’un indispensable dans sa discographie.
  • Twister : quatrième et dernière ballade de Glitter, Twister me séduit particulièrement par son ambiance à la fois chaleureuse, intime et mélancolique. J’aime particulièrement l’écouter durant la période estivale, avec la fenêtre ouverte et la pénombre chez moi. En tout cas, c’est ce que m’inspire ce joli morceau que je trouve novateur dans la discographie de Mariah Carey.
  • Loverboy : l’album se conclut avec la version album de Loverboy (sans compter la version originale présente sur The Rarities). Ce n’est pas ma chanson préférée de cet album, mais j’ai su l’apprécier au fil du temps. Et je trouve les premières secondes toujours efficaces.

Pour moi, Glitter aurait mérité un plus gros succès à l’époque de sa sortie. Bon, le contexte a fait qu’il n’a pas tant marché que ça. Mais le fait que les fans se soient mobilisés en 2018 avec le hashtag #JusticeForGlitter et qu’ils l’aient hissé au sommet du top album iTunes aux États-Unis était génial. Non seulement Mariah Carey a elle-même réhabilité cet album, mais en plus, elle l’a enfin mis à disposition sur les plateformes de streaming ! Et j’espère aussi qu’elle fêtera les 20 ans de Glitter (au moins l’album) cette année, et ce, comme il se doit.

Donc, si vous ne l’avez pas encore fait, écoutez l’album Glitter !

***

Glitter (le film)

Parlons à présent du film réalisé par Vondie Curtis-Hall. Supposé lancer la carrière de Mariah Carey en grande pompe sur grand écran, c’est finalement devenu l’un des pires films de tous les temps (selon la critique). Personnellement, j’ai regardé ce film en boucle durant mon adolescence. Certes, ce n’est pas un chef-d’œuvre et on a vu des tas de longs-métrages de ce genre avant et après sa sortie. Mais même encore à l’heure d’aujourd’hui, je l’apprécie à sa juste valeur.

Pour commencer, je trouve le jeu d’actrice de Mariah convaincant. Certes, son personnage aurait mérité d’être plus approfondi (comme les autres personnages du film, d’ailleurs), mais elle s’en sort bien dans l’ensemble. J’ai même du mal à comprendre pourquoi on lui a filé le prix de la pire actrice aux Razzie Awards en 2001… Mais rappelons-nous qu’à l’époque, il était de bon ton de la descendre en flèche. Les autres acteurs font également le job, surtout Max Beesley (Julian Dice, son love interest dans le film). Par ailleurs, je trouve que le couple qu’ils forment, lui et Mariah Carey, est mignon tout plein et attachant. Pour moi, c’est l’un des points positifs de Glitter (avec les performances d’acteur de Mariah et de Max Beesley).

Concernant le scénario, je pense qu’il aurait dû être mieux travaillé. Pas en ce qui concerne son originalité, mais plus en ce qui concerne sa profondeur. Je veux dire : le DJ producteur la repère en moins de cinq minutes et veut déjà la produire. Le succès arrive ensuite d’un coup et tout s’enchaîne pour le mieux pour l’héroïne (ou presque). Je pense que ça aurait bien de la voir un peu galérer, comme ça aurait été bien que les personnages soient plus travaillés (comme je le disais plus haut). Par exemple, j’ai trouvé ceux de Billie et de Julien très attachants et j’avais justement envie d’en savoir plus pour eux (après tout, pourquoi Julian est considéré comme un musicien raté ?). Dommage, donc, que Glitter ne soit pas plus approfondi sur ces deux points.

D’ailleurs, en regardant Glitter, j’ai beaucoup pensé à A Star Is Born avec Lady Gaga. Il me semble même que Mariah Carey s’est inspiré de la version avec Barbra Streisand pour Glitter. En fait, quand on y regarde bien, le déroulement de l’histoire est le même que celui avec Lady Gaga. On change juste quelques éléments, le reste c’est la même chose.

Pour terminer, la réalisation est correcte au niveau de la photographie et des effets visuels/sonores. Ce qui m’a beaucoup plu en revoyant Glitter est qu’il y a de la musique fond sonore sans interruption. Ça m’a même donné envie de danser ! Les plans sur la ville de New York sont beaux et certains effets kitchs ont leur charme. Pour le dire autrement, c’est un film des années 2000 qui s’inscrit parfaitement dans son époque, dans ce domaine-là.

En conclusion, d’après moi, Glitter n’est pas l’immondice cinématographique dont tout le monde parle. C’est vrai qu’il n’est pas parfait et il ressemble à beaucoup de longs-métrages du genre de la saga Sexy Dance (pour prendre cet exemple). Mais je trouve que le bashing n’était pas mérité (et qu’il ne l’est toujours pas). C’est un divertissement sympathique à prendre tel quel, et voilà.

***

Et voilà pour cet article où je rends hommage à l’ensemble du projet Glitter ! Ça me tenait vraiment à cœur de l’écrire, car, comme vous l’avez compris, l’album et le film ont une place particulière dans mon cœur. Je ne suis volontairement pas revenu sur tous les scandales qui ont entouré Mariah Carey et ce projet. En effet, il y a eu des tas d’articles sur le sujet et, surtout, la principale intéressée a dédié un chapitre entier à cette question dans son autobiographie.

En tout cas, j’espère qu’après la lecture de cet article, vous aurez envie de (ré)écouter l’album et de (re)voir le film. Et si vous les connaissez déjà, vous pouvez me laisser un commentaire pour me donner votre avis à ce sujet.

Sur ce, je vous laisse avec mes morceaux et mes passages favoris de Glitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.