[CINÉMA] Nine

Guido Contini est un réalisateur en pleine crise de la cinquantaine. Il est en panne d’inspiration pour son nouveau film, et sa vie privée vole peu à peu en éclat. Ainsi, il va avoir affaire à sa mère décédée revenue le hanter, une journaliste qui veut s’envoyer en l’air avec lui, sa femme qu’il trompe, sa maîtresse qu’il doit cacher dans un hôtel miteux, son actrice fétiche avec qui il flirte de temps à autre, ainsi que la prostituée qu’il aimait bien mater lorsqu’il n’était même pas encore un adolescent. Seule sa costumière et accessoirement confidente est là pour lui remonter le moral, quoiqu’il arrive…

Les critiques négatives étant (quand même) assez nombreuses, je m’attendais à une belle catastrophe. Bon, c’est clair et net : on est loin du grand Chicago, le chef-d’œuvre absolu de Rob Marshall. Mais qu’on se le dise : Nine n’est pas dépourvu que de défauts.

Tout d’abord, il y a les chansons, pour la plupart vraiment réussites. Les scènes qui les accompagnent sont d’ailleurs d’une esthétique éblouissante. Ce qui les rend imparfaites (du moins, pour certaines), c’est le montage, notamment pour le titre Unusual Way, interprété par Nicole Kidman, ainsi que Guarda La Luna de Sophia Loren. Ensuite, toutes sans exception sont plus ou moins malvenues dans un scénario déjà bien maladroit à la base. Ainsi, même si on en comprend le fond, on n’en comprendra pas la logique (exemple le plus flagrant : Be Italian de Fergie, chantée entre une scène dans un beau d’eau bénite et une coucherie avec Penélope Cruz).

Ainsi, la plupart du temps, on a du mal à savoir si les chansons font partie de l’imagination de Contini ou bien de celle de ses différentes amantes (sauf pour A Call From The Vatican de Penélope Cruz, qui est une des séquences les plus réussites au passage, ou encore pour My Husband Makes Movies et Take It All de Marion Cotillard). Rien que pour ça, Nine nous fit perdre l’excitation qui s’était emparée de nous lors du visionnage de la bande-annonce.

Ensuite, on sent bien que Marshall a voulu mettre toutes les chances de son côté, en prenant sous son aile des actrices presque toutes oscarisées. Et à vrai dire, certaines sont juste là parce qu’il faut qu’elles soient là justement (Nicole Kidman, Sophia Loren, Fergie). Tandis que d’autres ont des rôles beaucoup plus importants, et nous éblouissent de ce fait par leurs talents respectifs déjà bien connus. Surtout Marion Cotillard, vraiment très crédible en femme trompée et déplorée. Le réalisateur fait également la part belle à son personnage principal, avec un Daniel Day-Lewis très photogénique.

Tout ça rappelle d’ailleurs le dernier Almodovar, à savoir Los Abrazos Rotos, entre les nombreux hommages rendus au cinéma (des années soixante et italien), les fameux procédés du film dans le film (avec les différents castings, une référence à Cruz filmée par Lluis Homar pour un casting justement) ou encore le fameux triangle amoureux (Cruz/Homar/Luis Gomez, devenu Cotillard/Cruz/Day-Lewis). Évidemment, il s’agit d’un ressenti personnel, mais c’était tellement flagrant que j’ai voulu ajouter une petite note dessus.

Pour résumer cette critique (un peu brouillonne, sans doute) : Nine aurait eu à gagner beaucoup plus avec un scénario vraiment travaillé, et un casting beaucoup mieux exploité (et pas utilisé comme faire-valoir). A part ça, ce n’est pas si mauvais qu’on pourrait le croire. Il suffit juste de se laisser emporter par l’esthétique et la bande originale, sans doute ce qui nous fait véritablement apprécier cette comédie musicale quelque peu décevante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.