[CINÉMA] Ne Te Retourne Pas

Jeanne, biographe réputée, est mariée à Teo et a deux enfants. Elle serait totalement comblée si elle parvenait enfin à se souvenir de ce que sa vie était avant ses huit ans. Et quand tout autour commence à changer, de la place de la table de la cuisine à son propre physique, Jeanne pense qu’il y a quelque chose qui ne tourne clairement pas rond…

L’idée est assez originale et unique en son genre, même si le dénouement manque clairement d’inspiration. Ce n’est pas pour autant que Ne Te Retourne Pas décide de faire dans le conformisme, préférant une mise en scène éloignée des films habituels du genre. Et en voyant un pitch comme celui-là, on pourrait s’attendre à ce que le long de Marina de Van soit un thriller glissant progressivement vers le fantastique, or il faut plus y voir un drame fantastique (vous me suivez là ?) qui démontre, une fois encore, que le cinéma français s’évertue à prendre de plus en plus de risques, ce qui fait le malheur des uns… ou bien le bonheur des autres.

C’est sûr, il faut du temps pour vraiment nous ancrer dans l’histoire, et tout ce qu’on nous montre : soit une femme qui perd peu à peu ses repères, jusqu’à se perdre elle-même ainsi que son apparence. Tout ça est complètement fou, aussi bien dans l’idée qu’à l’écran, et pourtant, il faut admettre que c’est du génie. Les effets spéciaux employés sur les visages des acteurs et la mise en scène à contre-emploi sont d’ailleurs tellement bien réussis qu’ils exercent sur le spectateur une espèce de pression, qui le rend aussi paranoïaque et angoissé que le personnage de Jeanne, qui incarne en quelque sorte la plus grande peur de l’être humain (celle de perdre tout ce qu’on a connu et qui a fait notre quotidien durant toute notre vie).

Sophie Marceau (qui tient là sûrement son meilleur rôle à ce jour) et Monica Bellucci parviennent également nous faire ressentir les angoisses et le caractère névrosé de Jeanne. Il faut par ailleurs souligner que les deux actrices réussissent l’exploit d’incarner un seul et même personnage, soit un challenge difficile brillamment relevé. A noter que personnellement, j’avais du mal à voir Sophie Marceau dans ce registre, mais force est de constater que cette actrice a plusieurs cordes à son arc.

Ne Te Retourne Pas est donc un chef-d’œuvre inattendu dans le rayon français et cannois. En effet, qui aurait cru qu’un petit film sans prétention, perdu au milieu d’autres films connus avant même d’être présentés à la Croisette et leur sortie en salles, puisse autant séduire ? Parce que contrairement à ces derniers, Ne Te Retourne Pas tient ses promesses jusqu’au bout, et ne se cache derrière des airs de cinéma faussement transcendant, lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.