[CINÉMA] Le Dernier Vol

Algérie, 1933. Le capitaine de l’armée française, Vincent Brosseau, a des problèmes d’autorité avec le lieutenant Antoine Chauvet. Il a également du mal à convaincre Marie Vallières de Baumont, aviatrice reconnue dans le monde entier, d’abandonner les recherches en ce qui concerne son fiancé Bill, disparu depuis cinq jours. Mais Marie est prête à tout pour le retrouver, guidée par son amour. Tandis qu’Antoine continue de s’opposer à la guerre qui va opposer la France au peuple algérien…

Je m’attendais à un film aux répliques philosophiques à deux balles par milliers, mais il n’en est rien. Mieux : Le Dernier Vol n’est pas la grosse catastrophe annoncée. Il y a, certes, quelques défauts bien visibles (dont je vous parlerai juste après), mais le tout se laisse regarder aisément et nous fait voyager dans un autre monde le temps d’une heure et demie.

Servi par des acteurs impeccables (sauf peut-être Marion Cotillard, qui avait l’air un peu paumé [sauf à la fin]), avec une merveilleuse bande-son qui rend le film davantage magnifique à nos yeux et des paysages en second plan sublimes. Guillaume Canet brille à l’écran par sa simple présence, et Guillaume Marquet tient là LE rôle du film, celui devant lequel on est obligés de se prosterner. Un personnage qu’on adore détester en somme.

Cependant, les défauts ne sont malheureusement pas épargnés, à commencer par une réalisation assez maladroite. Cette même réalisation rend parfois le scénario incohérent, et les plus attentifs verront à quels moments. De même, comme je le disais tout à l’heure, Marion Cotillard ne se donne pas vraiment à fond. Elle a beau essayer de jouer les femmes amoureuses éplorées, il manque quelque chose qui fait qu’elle sait où elle va (comme dans Public Enemies par exemple). On a également l’impression que le film se termine en queue de poisson (mais vu les nombreuses critiques à ce sujet, je m’y attendais un peu à vrai dire).

Au final, Le Dernier Vol est loin de démontrer qu’une fois de plus, le cinéma français est à la ramasse, même s’il ne renouvelle pas quoi que ce soit. Ça se regarde, et ça s’apprécie, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.