[CINÉMA] Bombshell

Je vous en avais déjà parlé dans ma critique de Charlie’s Angels et je le répète encore ici : j’en ai ras le bol du mouvement #METOO. Hollywood abuse beaucoup trop des messages (pro)féministes, souvent car ils veulent se donner bonne conscience. Alors, je partais dans l’idée que Bombshell (Scandale en VF) serait dans la veine #METOOesque : c’est-à-dire du féminisme moralisateur à deux balles, qui ridiculise encore plus ce mouvement qui fait jaser les internautes depuis des années maintenant. Eh bien, j’ai eu bien tort tout compte fait. Car Bombshell est un film puissant, tant pour son sujet que pour le message final véhiculé.

Je dois l’avouer : l’aspect docufiction m’a fait peur au départ, car ça parle, ça parle et… ça parle ! Ça m’a d’ailleurs rappelé le film The Big Short (que j’avais détesté, au passage). Je pensais donc que celui-ci serait interminable pour la même raison. Mais le réalisateur Jay Roach a su rendre son film palpitant à suivre de bout en bout, en mélangeant parfaitement les côtés informatif et fictionnel. Il parvient ainsi à nous faire (re)vivre le scandale qui a secoué la chaîne Fox News, de même que les élections américaines pré-Trump. On suit aussi avec entrain les péripéties des trois héroïnes, respectivement interprétées avec maestria par Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie.

Selon moi, les trois actrices portent très bien ce parfum de scandale sur leurs solides épaules. Je suis le premier à être surpris, mais celle qui livre la plus belle performance de toutes est Margot Robbie. Même si l’histoire de son personnage est facile dans son dénouement, ce dernier est vraiment fort. Les moments qu’il passe en compagnie de Roger Ailes (excellent John Lithgow) sont à la fois glaçants et marquants. Mais Charlize Theron et Nicole Kidman ne sont pas en reste, tant leur charisme habituel transparaît à l’écran. J’ai été aussi surpris de retrouver Mark Moses (Paul Young dans Desperate Housewives) et Ashley Green (Alice Cullen dans Twilight) dans ce film. Tout ça pour dire que Jay Roach a su réunir un casting d’excellente facture, qui rend plus que jamais crédible cette intrigue politique et féministe.

En parlant de féminisme, je trouve que le film véhicule son message de manière intelligente et justifiée. Certes, il est arrivé pile-poil au moment où la vague #METOO a atteint son paroxysme, mais il met en scène de manière réaliste le sexisme que subissaient les femmes chez Fox News (notamment grâce aux scènes mentionnées plus haut). On voit aussi le monde très hypocrite de la télévision, où c’est « chacun pour sa pomme » (et où les gens n’hésitent pas à retourner leur veste quand il le faut). Vraiment, Scandale est une belle leçon de morale pleine de justesse, en plus d’être très instructif d’un point de vue historique.

Pour tout ce que je viens de vous dire, je ne peux donc que vous conseiller d’aller voir Bombshell de Jay Roach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.