[CINÉMA] Away We Go

Quand les parents de Burt leur annoncent qu’ils partent vivre en Europe, lui et sa compagne Verona, enceinte de six mois, n’ont plus aucune raison de rester dans leur taudis. C’est ainsi qu’ils entreprennent un voyage initiatique à travers les États-Unis, où les rencontres qu’ils feront vont les aider à donner un sens à leur future vie de famille…

Away We Go a tout du film indie made in 2000 : acteurs presque tous inconnus (hormis Maggie Gyllenhaal, par ailleurs excellente), dialogues joliment ciselés (voire trop à certains moments), scénario rappelant les road-trips entamés par les Hoover (Little Miss Sunshine) ou encore par Norah Jones (My Blueberry Nights), critique sociale rappelant celles de Jason Reitman (Juno et Up In The Air). De quoi se dire qu’il n’y a rien d’original dans cette soi-disant arnaque du cinéma d’auteur américain. Mais Sam Mendes, pourtant habitué aux longs-métrages très sombres (American Beauty, Revolutionary Road), nous livre une jolie comédie souvent tournée vers l’ironie, où il rend hommage à l’amour, à la parenté et à la vie de couple, et ce d’une bien belle manière.

Pendant près d’une heure et demie, Away We Go fait de ses « sketchs » sociologiques sa marque de fabrique. Et ça peut très bien être un argument louable pour le voir comme ça peut en irriter certains. Disons que certaines scènes tendent plutôt vers le bavardage (presque philosophique) assez inutile (notamment le moment où Burt dit : « Et si un jour je me blesse en traversant un chantier et que je perds mon lobe droit, je serais alors devenue un mauvais père ! », soit l’exemple le plus flagrant de cette écriture parfois chiante et, de ce fait, incompréhensible). Mais le film nous offre également des moments incroyablement beaux et touchants de sincérité (j’ai particulièrement aimé la métaphore que fait Chris Messina sur le mariage qui symbolise l’amour), notamment grâce à une BO fraiche et estivale, comme on en en entend souvent dans le cinéma indie, et à des acteurs pétillants pour la plupart.

Si John Krasinski et Maya Rudolph sont des révélations inattendues dans le septième art, c’est surtout le personnage barré de Maggie Gyllenhaal qui séduit (ses scènes sont d’ailleurs celles où j’ai le plus ri personnellement. Ça fait du bien de voir des inconnus, plutôt que les acteurs habituels du genre ou ceux en vogue, vraiment.

Pour le dire en d’autres mots : Away We Go est au cinéma indie ce qu’est Là-Haut à Disney et Pixar, soit une œuvre à la morale gentillette, mais tellement sincère et vraie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.