[CINÉMA] The Greatest Showman

À peine les premières notes de la première chanson ont débuté que j’ai compris ma « douleur ». Malheureusement, tout ce que je déteste en termes d’écriture et de mise en scène se retrouvent condensé dans The Greatest Showman de Michael Gracey. Oui, j’admets que ce long-métrage est beau dans son ensemble, mais « subjectivement parlant », j’en retiens peu de choses positives.

Le gros souci pour moi, c’est que la pop commerciale contemporaine ne va pas du tout avec l’ambiance temporelle véhiculée par le film. Baz Luhrmann l’avait déjà fait avant avec Moulin Rouge! (entre autres) et, même si son style pouvait en rebuter certains, il y avait une cohérence de A à Z. Et surtout, les chansons étaient déjà cultes dès leur sortie. Là, je n’en retiens quasiment aucune ! Certes, je reconnais avoir apprécié davantage certains moments musicaux, mais ces 1 h 45 étaient tout bonnement interminables pour moi !

Le scénario n’a pas de consistance. En gros, on pourrait le résumer en même pas dix minutes selon moi. Les personnages ne sont pas travaillés et leur psychologie est donc à peine effleurée. J’ai particulièrement détesté celui de Hugh Jackman, de par sa personnalité et ses actes. Heureusement qu’il y a une évolution le concernant, mais on ne remet pas en question ce qu’il a fait (alors qu’une histoire se doit de renforcer cet aspect, de manière générale). Cette légèreté convient peut-être à certains, mais pas à moi en tout cas !

Pour terminer, le casting est convenable dans son ensemble. Bon, j’ai encore du mal à voir ce qu’on trouve à Hugh Jackman en tant qu’acteur (en dehors de la saga X-Men). Michelle Williams est toujours aussi charmante et talentueuse. Quant à Zac Efron, j’ai été assez surpris par sa performance. Il prouve ici qu’il a du potentiel, mais ce n’est clairement pas sa filmographie actuelle qui l’aidera à se forger une véritable crédibilité.

Pour résumer, The Greatest Showman devrait plaire aux amateurs de comédies musicales « pures ». Me concernant, je ne suis pas allergique au genre, mais là, ça ne passe pas !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *