[CINÉMA] Sibyl

Que dire de ce « chef-d’œuvre » ?… Déjà, j’avais adoré Victoria qui avait un humour fin et réussi sur toute la ligne, avec Virginie Efira qui livrait l’une de ses meilleures performances d’actrice. C’est un film que je vous recommande fortement de regarder, en passant. Là, elle collabore de nouveau avec Justine Triet (la réalisatrice de Victoria) et, en plus, elle donne la réplique à Adèle Exarchopoulos. Un trio féminin qui vendait du rêve, non ?

Eh bien, PAS DU TOUT ! À défaut de savoir raconter son histoire (qui était pourtant intéressant à première vue), Sibyl déçoit sous ses airs de (pseudo) séance psychothérapeutique sous fond de montage « épileptique » (il y a pire dans ce domaine, mais il faut s’accrocher si on veut bien suivre). Et à la fin, on en est toujours au même point. En gros, pour raconter le parcours névrosé d’une auteure/psychanalyste qui évolue avec des personnages aussi névrosés qu’elle, il aurait fallu que la forme soit plus convenue.

Ensuite, même la présence de Virginie Efira n’arrive pas à sauver les meubles. Oui, elle joue très bien et s’approprie parfaitement le rôle encore une fois. Oui, c’est toujours un plaisir de voir des actrices fraîches comme elle sur le devant de la scène. Mais non, malgré ça, j’ai trouvé Sibyl mauvais. Par contre, je ne préfère pas parler d’Adèle Exarchopoulos. Elle est talentueuse, c’est certain, mais son rôle la dessert totalement : elle passe son temps à pleurer et à gueuler (quand elle ne rigole pas comme une hystérique, sans savoir pourquoi d’ailleurs). Les autres acteurs sont bien, mais comme je l’ai dit plus haut, ils ne sauvent pas le navire du naufrage.

Le pire, c’est que ce film semblait intéressant au départ (la bande-annonce le vend d’ailleurs très bien). D’accord, il y a deux trois moments qui sont drôles (grâce à une bonne idée de réplique ou de mise en scène), mais qu’est-ce que c’est chiant sinon ! C’est juste un gloubi-boulga indigeste de scènes qui s’enchaînent à vitesse grand V. OK, c’est pour « témoigner de l’esprit tordu de son héroïne », mais le message ne passe pas (chez moi, en tout cas). Prendre des risques, c’est bien. Le faire bien, c’est mieux.

Bref, je tiens là le futur gros navet de 2019 (si un autre film ne le surpasse pas, d’ici là). C’est vrai que mon quota de films mauvais n’est pas assez rempli cette année (un bien pour un mal ?), mais Sibyl de Justine Triet arrive pile-poil pour inverser la tendance ! Allez, la prochaine fois, promis je vous parle d’un bon long-métrage !

P.S. : C’était « sympa » d’entendre le film de la salle d’à côté (Aladdin), notamment les chansons de la bande originale ! J’ai pu donc voir deux films en même temps, ce n’est pas fou ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.