[ALBUM] Christina Aguilera, Liberation

On attendait du son neuf de sa part depuis six ans (sans compter les featurings qu’elle a pu faire entre temps) ! Son nouvel album est enfin là et annonce la libération de son interprète ! Christina Aguilera serait-elle donc enfin prête à enterrer ses vieux démons et à renaître artistiquement ? À l’écoute de Liberation, la réponse est oui !

C’était pourtant très mal parti avec le clip d’Accelerate : vulgaire et souillé, pire que Not Myself Tonight en somme. La chanson en elle-même s’avère pourtant être un grower au fil des écoutes, un tube (manqué) en somme (même si le morceau n’accélère jamais vraiment, on va dire). Mon estime pour elle est remontée en entendant la jolie ballade « piano/voix » qu’est Twice, ainsi que le mid-tempo urbain entêtant Like I Do. Mais c’est surtout Fall in Line (en duo avec Demi Lovato) qui m’a donné envie de m’offrir cette nouvelle galette !…




Avant de donner mon avis détaillé par chanson (et interlude), je dois vous dire que je suis de plus en plus surpris par la cohérence de cet album au fil de mes écoutes. Au début, je trouvais que les titres suscités tombaient « comme un cheveu dans la soupe » (notamment Fall in Line et Accelerate). Au final, ils font aussi partie d’un ensemble, à l’image des autres pistes de l’album : celle de la libération intérieure et extérieure de Christina. Tous ses disques ont su proposer un univers unique en son genre, et Liberation n’est donc pas l’exception à la règle.

Je dois vous dire aussi que je l’écoute en boucle depuis sa sortie, et que je ne peux pas m’en passer ! Que ce soit sous la douche, en allant au travail ou le soir pour me détendre, il est devenu ma bande originale quotidienne ! J’ai bien évidemment mes coups de cœur, comme pour tout album, mais je peux l’écouter d’une seule traite sans avoir envie d’appuyer sur le bouton STOP à tout instant !

Après cette parenthèse, voici mon avis pour chaque morceau !…

  • Liberation : Cette introduction annonce la couleur de l’album : Christina se met à nue, en faisant écho à son enfance (cf. les rires d’enfant qu’on entend en fond sonore). Elle n’est ni trop longue, ni trop courte pour un morceau instrumental.
  • Searching for Maria : Même si j’adore ces quelques secondes a capella, il aurait été cependant plus judicieux de les mettre en intro du morceau suivant. Ou de faire durer ce Searching for Maria plus longtemps, tant la voix de Christina est belle dessus.
  • Maria : Elle avait dit que cette nouvelle galette aurait des influences ouvertement urbaines (en témoigne le sample des Jackson 5, auquel elle se « confronte » avec élégance et panache). On peut d’ailleurs rajouter ce titre à la liste de ses nombreuses hymnes fierce.
  • Sick of Sittin’ : Pour moi, c’est le Fighter de ce sixième album. Savoureux mélange entre R’N’B/soul et pop/rock, Sick of Sittin’ est un cri sincère venant du cœur. C’est une chanson qui me donne bien la pêche, en tout cas.
  • Dreamers : Je comprends le lien avec la chanson qui suit (ainsi que l’idée), mais je n’aime pas cette interlude — les voix des petites filles. J’aurais préféré un autre interlude instrumental, à l’image de l’intro Liberation.
  • Fall in Line (feat. Demi Lovato) : Je le redis : cet hymne girl power se doit avoir du succès dans les charts ! Les voix puissantes respectives de Christina et de Demi Lovato la rendent d’autant plus intense. Les performances de ce titre à la télévision lui rendent d’ailleurs bien justice.
  • Right Moves (feat. Keida & Shenseea) : C’est la chanson ensoleillée de l’album, avec ses accents raggaeton agréables à l’oreille. Elle est vraiment dans l’air du temps, tout en gardant cette touche propre à Christina. La présence des rappeuses Keida et de Shenseea est un gros plus pour ce titre. J’espère que le titre sera diffusé dans les radios urbaines américaines (s’il devient un single).
  • Like I Do (feat. GoldLink) : On redescend d’un (léger) cran avec ce nouvel mid-tempo urbain, qui ne fait pas partie de mes pistes favorites de Liberation. J’y décèle cependant un certain potentiel radiophonique (avec cette même touche moderne).
  • Deserve : Le voici, mon gros coup de cœur ! Deserve est parfaite du début à la fin, que ce soit la mélodie, le tempo et la voix. J’adore également son côté vulnérable. Ce sera sans aucun doute le titre que j’écouterai encore et encore, sans me lasser (devant Fall in Line). S’il y a une chanson de l’album qui doit avoir droit à sa propre exploitation, c’est bel et bien celle-là !
  • Twice : C’est le calme après la tempête, si je devais résumer mon avis sur Twice en quelques mots. C’est une jolie ballade « piano/voix », comme je le disais plus haut, qui s’inscrit dans la lignée des précédentes ballades de Christina.
  • I Don’t Need It Anymore (Interlude) : Cet interlude est trop court, une fois encore et c’est bien dommage ! Car ce court morceau gospel méritait bien plus qu’une simple durée d’une minute…
  • Accelerate (feat. Ty Dolla $ign) : C’est le premier single promotionnel de Liberation et, si je reste « frustré » par ce « fossé » qu’il y a entre l’intro et le reste du morceau, c’est un up-tempo sympathique et frais pour l’été. Même s’il n’accélère jamais vraiment, comme elle semble pourtant le crier du début à la fin.
  • Pipe (feat. XDNA) : Voici un nouveau mid-tempo R’N’B qui va bien au style et à la voix d’Aguilera. C’est le genre de morceau sur lequel on aime bien se déhancher langoureusement en boîte. Il s’agit de l’une de mes pistes favorites de cet opus.
  • Masochist : Une ballade puissante et déchirante, dans la lignée de l’excellent Deserve. Que dire, si ce n’est que Christina chante divinement bien sur ce titre.
  • Unless It’s With You : On conclut en beauté avec cette sublime déclaration d’amour sous fond de piano. C’est une habitude avec elle, et je suis ravi de voir qu’elle a toujours cette fibre-là en elle après toutes ces années passées sur scène.

Vous l’aurez compris : j’adore cet album ! Et même s’il n’aura pas le succès qu’il mérite, il nous prouve que Christina Aguilera est prête à récupérer la place qui lui revient de droit, dans le paysage musical mainstream. Ces quinze pistes sont excellement bien produites. Qui plus est, Christina pose bien sa voix et dose savamment ses poussées vocales lorsque la mélodie s’y prête (là où Lotus pouvait un peu faire mal aux oreilles, par moments). La chanteuse revient sous un jour plus sobre qu’à l’accoutumée et, pour ma part, c’est tout ce que je lui demandais.

Dans tous les cas, j’espère qu’elle saura défendre Liberation comme il se doit (si ce n’est pas chez nous, au moins aux États-Unis) ! Et qu’on aura la chance de la revoir sur scène, dix ans après le Back to Basics Tour.

Et vous, avez-vous écouté Liberation ? Si oui, quelle est votre chanson favorite ?

Vous pouvez également retrouver ma playliste dédiée à Christina Aguilera !


2 commentaires

  1. Une revenante !
    Effectivement l’album n’aura surement pas le succès mérité mais je vais écouté quelques morceaux que tu conseilles.
    Merci pour la piqûre de rappel
    Bon weekend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.