[CINÉMA] Venom

Je devrais renommer cette critique : « Pourquoi ne pas regarder Venom ? » Car il y a de quoi dire sur ce qui est, pour moi, le plus mauvais film de l’année 2018. Avec des noms prestigieux comme Tom Hardy et Michelle Williams au casting, ce blockbuster avait pourtant de quoi faire rêver. Mais Ruben Fleischer et son équipe ratent le coche.

Parce qu’aujourd’hui, j’ai un peu la flemme, voici la liste de ce que je n’ai pas aimé dans cette catastrophe hollywoodienne (c’est le cas de le dire) :

  • Le surjeu de Tom Hardy est agaçant dès le départ (même s’il fait ce qu’il peut avec ce qu’il a) ;
  • Michelle Williams joue mal (oui, ils ont réussi à faire mal jouer Michelle Williams) ;
  • Riz Ahmed joue un méchant sans saveur, au motif banal et dénué de sens ;
  • Le premier acte dure presque 50 minutes, alors que le film dure 1 h 30 (mais ce n’est pas pire qu’Assassin’s Creed, qui ne démarrait qu’au générique de fin) ;
  • Le générique de fin dure 20 minutes, mais nous offre un extrait de Spider-Man – Into the Spider-Verse(comme si Sony et Columbia nous disaient à l’unisson : « Pour vous remercier d’avoir regardé notre film de merde, on vous fait un beau cadeau ! ») ;
  • Tom Hardy a descendu le film lors de la promo, c’était dire le désastre annoncé ;
  • Les personnages n’ont aucune consistance ;
  • Le montage est calamiteux ;
  • Le scénario ne met jamais en avant le potentiel de l’histoire ni sa mythologie (qui a l’air d’être intéressante), et il est très mal écrit ;
  • Les répliques sont à la fois vides de sens et ridicules ;
  • La bande originale composée par Ludwig Göransson passe inaperçue ;
  • Les effets spéciaux et la photographie sont parfois tape-à-l’œil, mais ne suffisent pas à combler le reste ;
  • Le film voudrait être une comédie noire qui s’assume pleinement, mais il lorgne surtout vers le drame guimauve ;
  • Il y a une scène qui m’a fait rire, alors qu’elle n’est pas censée être drôle ;
  • Le film mériterait de cartonner aux prochains Razzie Awards, rien que pour son existence ;
  • Le personnage d’Eddie Brock passe pour un gros neuneu ici ;
  • C’était censé faire peur, mais je me suis emmerdé au final.

Il m’a donc fallu 17 points et 277 mots pour dire ce que je pensais de Venom. Il a fallu 100 millions de dollars et 1 h 30 (moins 40 minutes qui ont disparu « comme par magie » du montage final) à Sony et Columbia pour ne rien raconter au public. Cherchez l’erreur.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.