[CINÉMA] Trainspotting

Renton, Spud, Sick Boy, Tommy et Begbie sont cinq junkies en quête de liberté et de sensation forte. Tous s’enfoncent dans une spirale sans fin, où l’issue est la prison, ou encore la mort. Renton, conscient du danger que cela représente, décide de tout arrêter. Mais ça ne se fera pas sans difficulté…

Venant du mec qui a réalisé le brillant Slumdog Millionaire, c’est assez brouillon. Mais vu que Trainspotting est son deuxième film, on pardonne à Danny Boyle ses maladresses de jeune réalisateur à l’époque. Mais même s’il a fait sensation à Cannes, pour moi c’est loin d’être un chef d’œuvre.

En fait, du début jusqu’à la fin, on a le sentiment que Boyle n’avait pas vraiment de but en faisant Trainspotting, sauf peut-être celui de dire que la drogue, ben c’est moche et dégoûtant. Ça lui a même donné l’excuse d’insérer quelques scènes extrêmes de trash’attitude (et le pire, c’est que ça a l’effet voulu sur le spectateur). L’histoire manque cruellement de cohérence, ne peut se passer de ces longueurs qui ternissent un ensemble inintéressant à la base. Il faut attendre la première moitié du film pour qu’il y ait un semblant de scénario crédible. Cependant, contrairement à Requiem for a Dream, Trainspotting joue beaucoup sur les scènes dérangeantes (voire traumatisantes et dégueulasses) parce qu’encore une fois, c’est un film qui dénonce la drogue. Certes, les deux films se valent à ce niveau (même si c’est montré de manière différente dans chaque cas), mais Requiem… aborde le sujet de manière beaucoup plus crédible et, donc, réaliste.

Néanmoins, Trainspotting n’est pas dépourvu de qualités. À commencer par certaines scènes super bien foutues visuellement (les deux scènes de la discothèque, et celle où Renton devient paranoïaque), et parfois même déjantées (la scène des w.c.). La bande originale est également très bonne (les hits clubs vont bien avec la démence du personnage principal). Enfin, les acteurs sont très bons (surtout Ewan McGregor).

Au final, Trainspotting s’avère être une grosse déception, vu la réputation qui le précède. Selon moi, ce style ne va pas à Danny Boyle. Heureusement qu’il s’est renouvelé par la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.