[CINÉMA] The Switch

Kassie et Wally sont les meilleurs amis du monde. Quand Kassie lui annonce qu’elle veut être mère, Wally l’avertit des conséquences que cela pourrait impliquer. Mais la jeune femme n’en peut plus d’attendre son prince charmant, et décide d’avoir un enfant par insémination. Au cours d’une soirée organisée pour célébrer l’événement, Wally, ivre, procède à un changement de dernière minute, en échangeant le sperme du donneur contre le sien…

Depuis qu’elle s’est lancée dans le cinéma (peut-être même avant), Jennifer Aniston a tendance à s’enfermer dans le même type de rôle, et dans la comédie romantique américaine type. On peut être donc lassés de la voir, une fois de plus, jouer les filles cruches en mal d’amour, toujours avec les mêmes expressions faciales et les mêmes mimiques. The Switch ne déloge pas à la règle, même si le film s’avère être regardable.

Le pitch de départ avait l’air assez original, même si le scénario est tout ce qu’il y a de plus prévisible. Car bon, dès le début, on comprend très bien que le personnage d’Aniston et celui de Jason Bateman finiront ensemble au final, malgré l’histoire d’amour (très brièvement) amorcée de Kassie et Roland (Patrick Wilson, toujours aussi bon) ou encore la fausse séparation de Kassie et Wally. Il faut donc compte sur le jeu des acteurs (le petit Thomas Robinson a vraiment tout du futur comédien en herbe) et quelques gags pour être tenus en haleine jusqu’au bout (à défaut d’être surpris par le dénouement).

Bref, Une Famille Très Moderne n’a pas d’autre but que celui de divertir et de faire rire un bon coup le spectateur. Et puis bon, si on est romantique, on ne peut s’empêcher de dire « c’est meugnon » lorsqu’Aniston et Bateman s’embrassent devant la caméra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.