[CINÉMA] The Favourite

Je vous présente le premier chef d’œuvre de l’année 2019 : The Favourite de Yórgos Lánthimos ! C’est un film qui mérite sa brillante réputation acquise au fil des derniers mois. Pour moi, tout y est parfait : le scénario, la réalisation, le jeu d’acteurs, la photographie, la mise en scène, la musique, etc. En d’autres mots, c’est une belle claque cinématographique que j’ai reçue là.

The Favourite s’amuse à dépoussiérer le genre du film historique. L’aspect clinquant est bel et bien là, avec les décors et costumes somptueux. Mais d’entrée de jeu, il ne se prend pas au sérieux et aime se moquer de lui-même. Il tourne ainsi les membres de la cour royale au ridicule. On les voit donc assister à des courses de canards, se lancer des tartes et faire la fête à outrance. Dans les coulisses, c’est la guerre entre l’Angleterre et la France, et la lutte des pouvoirs entre deux femmes.

J’ai aimé suivre ce « combat de chats » entre Emma Stone et Rachel Weisz pour obtenir les faveurs d’Olivia Colman. Les trois actrices se valent toutes par leurs talents respectifs : Emma Stone en ingénue faussement innocente, Rachel Weisz en dominatrice qui aime manier l’arme (au sens propre comme au sens figuré) et Olivia Colman en souveraine gourde facilement manipulable. Elles m’ont fait rire, comme elles m’ont attendri. Parmi les rôles masculins secondaires, Nicholas Hoult tire son épingle du jeu. De toute façon, chaque membre du casting méritait au moins une récompense.

Le scénario est d’une folie rare. Il est à la fois délicieusement burlesque et grotesque. Le film étant bien éloigné de la vérité, il se permet de multiples fantaisies, symboles et sous-entendus. On ressent d’ailleurs cette folie dans la réalisation, les plans de caméra et la bande-son. La photographie, quant à elle, est exquise pour les yeux du spectateur. Yórgos Lánthimos livre donc là une œuvre d’art dans toute son infinie splendeur.

En résumé, The Favourite se place premier de mon top 10 de 2019 (pour le moment). C’est très certainement un film bien loin de la réalité historique, mais me concernant, ça me va très bien. C’est également un long-métrage qui m’a donné envie de me plonger dans la filmographie de Yórgos Lánthimos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.