[CINÉMA] Rabbit Hole

Leur fils étant mort après avoir été renversé par une voiture, Becca et Howie voient leur couple se briser progressivement. Chacun tente de faire son deuil à sa manière : Howie en exprimant ouvertement ses sentiments et en tentant de nouvelles expériences, Becca en se repliant sur elle-même. C’est en faisant connaissance du lycéen, responsable de la mort de son fils, que cette dernière va pouvoir aller de l’avant…

Rabbit Hole est le film tire-larmes par excellence (en apparence, du moins) ! Il y a quelques passages durant lesquels on a envie de pleurer, certes, mais Rabbit Hole ne cède jamais à la facilité scénaristique. Si ce genre de drame a été vu et revu cent fois, on apprécie cependant sa simplicité et son réalisme, et ce grâce au couple d’acteurs principaux que forment Nicole Kidman et Aaron Eckhart.

Déjà, il faut dire que cela fait un bien fou de revoir Nicole Kidman dans un véritable rôle, où elle n’a pas besoin d’user de sa plastique pour séduire le spectateur. Elle use simplement de son charme et de son talent pour nous émouvoir, et nous prouve ainsi qu’elle a encore sa place dans le milieu du Septième Art. Là où elle nous avait vraiment laissés de marbre dans Nine et À la croisée des mondes, elle nous ravit dans Rabbit Hole (comme au temps où elle était à son apogée).

Les autres acteurs apportent également beaucoup à cette charmante œuvre intimiste. Aaron Eckhart aurait bien mérité une nomination aux Oscars pour son rôle, tant il s’avère être aussi touchant que sa partenaire. Parmi les personnages secondaires, celui de Miles Teller se détache le plus du lot. Mais de toute façon, que ce soit lui ou quelqu’un d’autre, ils s’en sortent tous à merveille. C’est ce qui est bien avec ce genre de film : aucun acteur n’est mis à l’écart, et chacun a donc son mot à dire.

L’histoire est, en outre, très touchante. À aucun moment, ce n’est « too much » et on s’en accommode très bien. Le film fait tout pour s’éloigner du drame hollywoodien typique : il tente de rester le plus réaliste possible et quand on regarde Rabbit Hole, on sent ainsi que ce que vit chacun des personnages pourrait arriver à n’importe qui. On parvient donc à s’identifier à eux, ce qui renforce ce sentiment positif qu’on a vis-à-vis du film.

On ne se souviendra donc pas de Rabbit Hole lui-même, mais surtout du fait qu’il ait relancé la carrière d’une des actrices d’Hollywood les plus charismatiques de son temps. Et on l’en remerciera toujours pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *