[CINÉMA] Millénium 2 – Flickan Som Lekte Med Elden

L’équipe de Millennium reçoit la visite de Dag Svensson, qui souhaite publier un article sur le trafic des femmes en Suède. Lui et sa compagne, Mia Bergman, étudiante en criminologie ayant publié une thèse sur le même sujet, sont pourtant un soir retrouvés morts par Mikael Blomkvist. Les preuves trouvées par la police accusent Lisbeth Salander, de retour il y a peu d’un séjour aux Caraïbes…

L’année dernière sortait la surprise Millénium, soit un film sorti de la Suède parmi des tas de blockbusters américains. Une surprise inattendue, et vraiment très bonne, notamment grâce à une ambiance glauque mettant mal à l’aise le spectateur (cf. la scène du viol, mémorable), et une mise en scène digne des bons thrillers américains. Treize mois plus tard (le premier volet était sorti en mai 2009), Flickan Som Lekte Med Elden déboule dans les salles obscures, et on est bien loin de l’effet créé par son prédécesseur.

Si Les hommes qui n’aimaient pas les femmes avait réussi à retranscrire clairement l’essentiel du livre original, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette souffre d’un scénario vraiment dépourvu de toute logique : c’est-à-dire qu’on passe d’une scène à une autre, sans que l’on ait compris le pourquoi du comment. Ayant lu le roman, je peux dire qu’adapter du livre de Stieg Larsson n’est franchement pas chose aisée, tant le bouquin va au bout des choses. C’est d’ailleurs ce que je lui reproche dans l’ensemble : il s’attarde sur des détails trop futiles, tels que la relation Mikael/Erika, ici survolée pour éviter du bavardage inutile. Dans la version film, tout est à peine esquissé, de l’intrigue principale à la personnalité de Lisbeth (censée être plus approfondie). En parlant de cette dernière, si le premier Millénium avait réussi à rendre ce personnage à la fois torturé et énigmatique, le second volet ne fait que détruire le mythe bâti par Larsson et Niels Arden Oplev, sans pour autant lui enlever tout son intérêt (qui est, par ailleurs, le seul du film). Cela n’enlève pas pour autant à Noomi Rapace son talent inné d’actrice. Les personnages secondaires, quant à eux, ne sont pas assez approfondis, ce qui fait qu’on est très loin de ceux décrits dans le roman (les policiers et Miriam Wu, surtout).

De ce fait, il aurait fallu deux choses, pour que Flickan Som Lekte Med Elden soit beaucoup mieux : d’une, ne pas avoir changé de réalisateur, histoire de garder une réelle cohérence entre chaque volet ; et de deux, ne pas avoir tourné à la foulée les trois films, afin que les suites soient vraiment travaillées. Et ayant regardé la version série (les deux épisodes de 1 h 30 chacun), je trouve l’ensemble tellement kitch, et donc peu cinématographique (la photographie étant d’une banalité effarante) par rapport au premier, j’imagine vraiment mal ce Millénium 2 sur grand écran. Cela dit, on ne s’ennuie pas une seconde, l’histoire étant tout de même un minimum prenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.