[CINÉMA] Dead Man Down

Une très bonne surprise qu’est le nouveau film de Niels Aren Oplev, réalisateur du premier Millénium. Et comme on ne change pas une recette qui marche, le danois retrouve celle qu’il a révélée au monde entier (et qu’on peut désormais qualifier de « Kate Winslet suédoise ») : Noomi Rapace.

Après une brillante performance dans Passion de Brian De Palma, la jeune actrice confirme, encore une fois, ce que la critique et le public pensent d’elle : que n’importe quel rôle lui sied comme un gant, surtout celui de la femme vulnérable pleine de rage, comme ici. On ressent le désespoir et la haine de son personnage, on se met à sa place en tant que victime (cf. la scène où les enfants de son immeuble la traitent de « monstre »).
Et puis, il y a Colin Farrell, un acteur que je croyais « has-been », avant de voir Dead Man Down. Le thème central de ce film étant la vengeance, il était logique que son personnage à lui soit également rempli de haine. Et il y a étonnamment beaucoup de justesse et de crédibilité dans sa performance d’acteur. Le couple (car il y a évidemment une histoire d’amour qui vient se nouer) est entouré de seconds rôles tout aussi bons.
L’histoire est palpitante et, si le scénario manque de surprise (on découvre très vite qui est le vrai coupable), le tout n’en reste pas moins passionnant à suivre.

Pour le moment, c’est le film qui m’a fait vibrer le plus en ce mois d’avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.