[CINÉMA] Climax

L’automne dernier, je vous parlais d’Irréversible de Gaspar Noé : un coup de cœur sans précédent qui m’a marqué au fer rouge pour l’éternité. Aujourd’hui, je vous parle de Climax, dernier né d’un réalisateur qui se plaît à être scandaleux. Un film qui m’a davantage fait l’effet d’un somnifère, si vous voulez mon avis.

En soi, le concept était intéressant : savoir jusqu’où les êtres humains pouvaient aller sous les effets du LSD. La descente aux enfers est progressive, contrairement à Irréversible (qui commençait par la violence de sa fin pour terminer par la poésie de son début). Pourtant, Climax débute aussi par son générique de fin (précédé d’une courte scène assez « sanglante »). Mais pour ma part, je suis resté sur ma faim. Et ce ne sont pas les cris désespérés des actrices qui me feront changer d’avis.

La réalisation est un sans-faute, c’est indéniable. Gaspar Noé sait maîtriser les plans et les couleurs. Il manipule ses acteurs comme il le ferait avec des marionnettes, en faisant vibrer tous les muscles de leurs corps sur des morceaux de Cerrone, de Giorgio Moroder, de Lil’ Louis and The World, de Daft Punk et j’en passe. Il les fait se perdre malgré eux dans ce tourbillon visuel sonore épileptique, et emporte ainsi le spectateur avec délice. Il partage également ses références littéraires et cinématographiques, via une scène introduction qui rappelle clairement nos bonnes vieilles années 90 (la TV cathodique, tout ça). De ce fait, j’ai beaucoup aimé les 45 premières minutes de Climax, notamment le côté docufiction bien assumé (avec le faux générique de fin).

Puis vient la débandade. Vient le scénario qui n’en est plus vraiment un. Vient une série de moments qui trahissent la mise en scène caricaturale de Noé. Il y en a deux ou trois qui ont suscité le choc en moi (aussi minime soit-il), et encore… Soit le film a été survendu, soit j’en attendais les trop. Ou bien les deux. Pour moi, Climax n’atteint jamais vraiment son climax… Et ce ne sont pas les acteurs que je blâmerais, puisqu’ils s’en sortent tous bien pour la plupart. Même si je ne me suis pas attaché à leurs personnages tant que ça (sinon, j’aurais été touché par leur sort).

Bref, Climax est un pétard mouillé qu’on aura fait exploser pour pas grand-chose. Le réalisateur aurait même pu glisser la phrase d’accroche suivante sur l’affiche de son film : « Le LSD, c’est pas bien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.