[CINÉMA] Adam

Adam est un génie passionné de l’espace et une véritable encyclopédie vivante. Lorsqu’il rencontre sa nouvelle voisine du dessus, la charmante Beth, son monde est chamboulé. Car Adam a le syndrome d’Asperger, une forme rare d’autisme. Quelque chose qui va empêcher ces deux-là de s’aimer à la folie…

À l’heure où Rose Byrne est de nouveau sous les projecteurs avec la comédie Bridesmaids, j’ai décidé de regarder Adam. Il s’agit d’une comédie américaine dramatique teintée de romantisme, sortie début 2010 sur nos écrans. Ce qui m’a attiré au départ dans ce film est son histoire sous fond d’autisme, un sujet très délicat à traiter. Mais jusque-là, le Septième Art s’en est très bien sorti (Crazy in LoveBenXMarathon) et Adam ne déroge pas à la règle.

Adam est le genre de film qui repose beaucoup sur ses acteurs et sur son scénario. Car Adam ne se veut pas du tout être original. Au contraire, il se veut juste être sincère et authentique. C’est d’ailleurs ce qu’on en attend : une histoire d’amour réaliste qui n’en fait jamais des tonnes (même si on a droit à quelques scènes dramatiques inévitables). Bien sûr, un petit air de naïveté et de tendresse règne sur ce film, mais ce n’est pas pour autant que c’est gentillet (comme le sont la plupart des romances).

Là où beaucoup de films du genre déçoivent à cause d’un manque d’alchimie dans le couple phare, ce n’est pas le cas ici. Rose Byrne confirme progressivement son talent, bien que son rôle ne soit pas bien loin de celui qu’elle tient dans la série Damages. Elle tient dignement tête à Hugh Dancy, qui s’en sort très bien également (malgré un personnage difficile à interpréter). Comme quoi, on ne donne pas forcément les Oscars aux bons lauréats ! Les deux acteurs rendent ainsi cette histoire d’amour impossible vraiment touchante, puisqu’on ressent à chaque instant le fossé qui les sépare. Le casting secondaire s’en sort avec les honneurs également (mention au père, incarné par Peter Gallagher).

L’histoire est, comme je le disais plus haut, tout ce qu’il y a de plus classique. Mais le scénario parvient à la rendre passionnante jusqu’au bout. Le film a eu de nombreuses occasions de dégouliner de niaiserie et de bons sentiments infectes, or il dégouline juste de bons sentiments tout court. Et c’est tout ce qu’on voulait.

Sans révolutionner quoi que ce soit, Adam est un film qui se regarde et s’apprécie pour ce qu’il est. C’est-à-dire une œuvre qui mélange à merveille humour, drame et romance. À voir absolument si ce n’est pas déjà fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.