[ALBUM] Mariah Carey, Merry Christmas II You

Aujourd’hui, on ne sait plus trop sur quel pied danser avec Mariah Carey. Il faut dire que cette dernière décennie a été constituée de hauts et de bas pour elle. Après d’excellents Memoirs of an Imperfect Angel injustement boudés, la diva ressort l’artillerie lourde avec Merry Christmas II You. Eh oui, seize ans après le premier Merry Christmas (là où elle vendait encore des millions de disques), Meuriah récidive avec ce second opus, où les reprises sont de mise. Mais alors qu’en 1994, le charme opérait (même si l’album en question était loin d’être un chef d’œuvre), on s’ennuie profondément aujourd’hui.

En effet, sa maison de disques a dû oublier de dire à MC que les ballades pop d’il y a vingt ans, ça ne fonctionnait désormais plus auprès du public. C’est sûr, j’étais personnellement emballé comme beaucoup par ce soudain retour aux sources. Mais il est clair qu’à travers un opus de fêtes de fin d’année, ce n’est pas la meilleure idée qui soit. Déjà, le premier single Oh Santa! ne vaut pas un All I Want For Chrismas is You (qui, lui, est un classique indémodable dans le genre), le R’N’B n’allant pas trop avec l’esprit de Noël. À l’image du medley Here Comes Santa Claus (Right Down Santa Claus Lane)/Housetop Celebration, sorte de I’m That Chick du pauvre. Au contraire, When Christmas Comes (qui rappelle beaucoup Fly Like a Bird) est idéale en cette période, tant cette chanson est délicieuse à l’oreille.

Le reste s’oublie vite. À part l’excellent O Little Town of Bethlehem / Little Drummer Boy (j’adore la voix de Mariah sur ce morceau), Charlie Brown Christmas (l’intro surtout, et c’est dommage que MC ne l’ai pas exploitée tout le long du titre) et le remix d’All I Want For Christmas is You (des années plus tard, et pas une seule ride), on s’endort. Le duo tant attendu avec Patricia Carey est à la limite de l’audible (entre autres, car je ne suis pas habitué à l’opéra personnellement), tandis que la ballade Christmas Time is in the Air Again est tout simplement mauvaise. À la limite, je sauverais Born is the King, langoureux et reposant, à l’image des titres de Memoirs of an Imperfect Angel.

Vraiment décevant comme « retour » (parce que depuis 2005, elle n’est jamais vraiment partie). Merry Boring Christmas 2 You !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.