[ALBUM] Katy Perry, One of the Boys

Je l’ai dénigrée, puis adulée, avant d’être mitigé à son sujet. Qu’on le veuille ou non, Katy Perry a définitivement marqué cette saison 2008/2009 ! Après, ça ne nous empêche pas de rester septique face à son futur, qui ne sera pas forcément aussi rose que ce qu’elle vit actuellement. Ça sera sûrement même plus difficile de faire mieux que I Kissed a Girl, Mannequin, Hot N’Cold et Lost, pour ne citer que les perles de cet album plutôt frais et agréable, bien qu’on s’en lasse vite au bout d’une vingtaine d’écoutes (ou plus, vu le nombre de fois où j’ai soûlé mes amis avec Katy ^^).

À la première écoute, One of the Boys ne s’avère pas aussi appétissant et délicieux que sa pochette, avec cette fille qui ressuscite le Hollywood des fifties, entourée de sucreries vraiment tentantes. Sauf que ça sent vraiment fort le pompage sur d’autres chanteuses, si bien qu’on est refroidis et qu’on a du mal à aimer cette lolita sexy et provocante. Mais quand on jette un coup d’œil attentif à la pochette et au clip de I Kissed a Girl, on ne peut plus résister davantage et on décide alors de redonner une deuxième chance à cet album… Et bien il nous faudra pas mal de temps avant de vraiment aimer Katy Perry… et pas mal de temps pour s’en lasser également !

Il faut juste se dire que One of the Boys est un disque fait pour s’éclater. On veut bien croire que la chanteuse ait écrit elle-même ses propres chansons (elle en aurait écrit au total soixante-dix pour cet album), il n’empêche qu’on doute de sa sincérité lorsqu’elle crie haut et fort I Kissed a Girl. Mais qu’importe : le titre est excellent et son clip addictif (la voir avec sa petite robe rose munie d’une grosse ceinture bleue : MIAM MIAM !). Et il en est de même pour Hot N’Cold et là, elle se surpasse, si bien qu’on a du mal à s’en passer encore aujourd’hui. Il faut dire que même les plus réfractaires y ont adhéré ! On termine ce palmarès avec Mannequin (un titre très sexy) et Lost (dont la beauté surpasse celle de Thinking of You).

Côté titres sympas, on trouve Ur So Gay, If You Can Afford Me et I’m Still Breathing. La première est tout simplement géniale parce que Katy pousse avantage encore la provocation là où on ne l’attendait. La deuxième use d’un thème déjà mille fois abordé, sauf qu’elle est plus convaincante que ses consœurs lorsqu’elle chante : « If you want me you’re gonna have to break the bank tonight… ». Enfin, la dernière est tout simplement exquise, et la voix de Katy y est plutôt agréable (bon, moins que dans Lost, mais on s’en rapproche !).

Quant au reste — One of the Boys, Waking up in Vegas, Thinking of You, Self Inflicted et Fingerprints —, ce n’est pas mauvais au niveau des paroles, mais on a vu mieux dans le genre musical.

L’album est donc au départ alléchant, mais une fois qu’on n’en ressent plus le délice, on l’oublie aussi vite qu’on l’a acheté. Disons que pour continuer à l’aimer, mieux vaut le consommer petit à petit, pour ne pas en perdre la saveur. À présent, reste à savoir si Katy nous fera toujours autant saliver à la sortie de son deuxième album. Perso, je parie qu’elle sera très vite éjectée de la circulation mais ça, c’est au public d’en décider !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.