[ALBUM] Kate Nash, My Best Friend is you

Après Foundations qui a rythmé l’été 2007 et un délicieux Pumkin Soup qu’on ne se lasse pas d’écouter, la pétillante Kate Nash revient avec un deuxième album, composé de titres tous aussi funs et enfantins que les deux cités ci-dessus. Ayant été refroidi par Made of Bricks, My Best Friend is You m’a pourtant enchanté au plus haut point, tant il transpire la joie et le bonheur.

On débute avec Paris, qui sent bon le printemps, lorsque les arbres redeviennent roses et l’herbe bien verte. Si cette chanson était une drogue, je serais devenu toxicomane à l’heure qu’il est ! Il y a aussi le léger Don’t You Want To Share the Guilt qui, s’il était sorti quelques années auparavant, aurait très bien pu figurer sur la B.O. du film « Marie-Antoinette » (la chanson étant un mélange de « Pulling our Weight » des Radio Dept et de « Ceremony » des New Order). Puis I’ve got a Secret, qui ferait sans aucun doute un single idéal durant la période estivale (et les paroles sont tellement entêtantes).

My Best Friend is you parvient également à faire une incursion réussie dans le rock. Entre l’hymne qu’est I Just Love You More (dommage que ce ne fut qu’un single promo) et le déluré Do-Wah-Doo, Kate ne cesse de nous divertir, et ce de différentes manières, plus ou moins ingénieuses. N’oublions pas Kiss That Grrrl (sans doute un des titres les moins bons de l’album) et Take Me to a Higher Plane (qui aurait très bien pu, lui aussi, figurer dans le film de Sofia Coppola, dans la scène du bal masqué).

Lors des moments plus calmes, la chanteuse britannique nous offre le reposant You Were So Far Away, le doux et mignon I Hate Seagulls (qui ferait une musique d’ambiance de plage parfaite), et Pickpocket (l’instrumentale au piano est sublime). Comme quoi, un peu de sobriété dans un album coloré et fantasque de ce genre, ça peut aussi faire du bien !

On termine avec Early Christmas Present, qui est un Paris version accélérée, et sans moins marquant, mais pas pour autant moins enfantin et entraînant. Later On, qui n’était pas vraiment indispensable. Et avec Mansion Song. Le titre est en deux parties : un rap assez ignoble (où les « fuck » employés à outrance sont multipliés par dix) et deux minutes de percussions au contraire très agréables à l’oreille (les « I am a mansion, I am a mansion, I won’t take none of your shit » fait penser à un chant de pom-pom girls).

Avant de clôturer cette critique, je tenais juste à vous parler de la voix de Kate. Un timbre sucré, très poche de celui de Lily Allen, la fraicheur et la spontanéité en plus. Je pense qu’aucune de ces chansons n’aurait pu être interprétée par une autre artiste qu’elle, tant on sent bien l’univers Nashien en elles, et ce à chaque instant.

Au final, My Best Friend is you peut être considéré comme l’un des meilleurs albums pop de ces dernières années. Soit un délicieux chamallow rose dont le goût ne peut forcément pas laisser indifférent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.