[ALBUMS] Critiques Express #14

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je vous présente cinq nouveaux albums que j’ai aimés découvrir : Qui Dit Mieux ? de Vincha, Épris dans la Glace de Dimoné, Soulage de Guillo, Compassion de Forest Swords et Do Not Revenge de Dan Black.

***

Vincha, Qui Dit Mieux ?

Vous le savez sûrement : le rap et moi, ça fait deux ! J’apprécie néanmoins certains artistes qui sortent du lot dans ce domaine : Orelsan et son groupe Casseurs Flowters (avec Gringe), Abd al Malik. Chacun fait du rap « pur et dur », en y incorporant leur propre touche (que je trouve rafraîchissante). Vincha est de ceux-là, fort heureusement !

Vincha a un phrasé aussi direct que ses collègues. Ça se sent quand on écoute ses chansons : il y a de la puissance émotionnelle dans ce qu’il raconte, n’a pas sa langue dans sa poche – il évite tout de même la vulgarité gratuite à outrance (dieu merci !). Le beat entraînant est là pour l’accompagner (il n’hésite d’ailleurs pas à jouer avec les autres styles musicaux pour incorporer de l’éclectisme à sa musique). Ainsi, parmi les titres de son album Qui Dit Mieux ?, je retiens notamment : 30 ans, Lapis Lazuli, Le temps d’une nuit, 1, 2, 3 et Testostérone (la plus « osée » pour moi, mais le second degré est là pour palier).

En conclusion, Vincha mériterait d’être bien plus connu que toutes les grosses stars actuelles du rap français !

***

Dimoné, Épris dans la Glace

On pense que la musique française n’est pas bien variée, qu’elle tourne en rond tel un serpent se mordant la queue. Certains artistes et groupes sortent toujours du lot, il est vrai, et arrivent même à perdurer au fil des années. Le chanteur Dimoné, lui, fait les deux à la fois avec son EP Épris dans la Glace, qui est empreint d’un bon rock old school « dans l’air du temps ».

Quand je l’écoute, la voix de Dimoné me fait penser à celle de Bertrand Cantat. Tous deux ont effectivement ce timbre de voix rauque, qu’ils vont un peu utiliser de même la manière. Comme Cantat, Dimoné se laissera aller sans mal à ses émotions les plus intérieures, en se montrant parfois pudique cependant. Que ce soit La grande allée, Celui qui t’a puni l’a fait (entêtante dans son genre) ou Indigo, la voix et le style musical de Dimoné respirent clairement l’authenticité, à l’image de son collègue.

En tout cas, Dimoné rappelle que le rock français est cool également !

***

Guillo, Soulage

En 2008, le chanteur Bartone nous proposait l’album Les Enracinés, soit du rock français bercé de solitude et de mélancolie. Presque dix ans plus tard, Guillo nous invite dans un univers rock tout aussi sensible et poétique que celui de son prédécesseur, au travers de son opus Soulage.

Je pars, je roule, je t’aime, Soulage, Le chien et la fille, Long fleuve, Des hommes et des fleurs… Autant de chansons qui témoignent l’envie de la part de Guillo de nous raconter et de se raconter à travers sa musique. Et avec sa voix grave quelque peu éraillée, il parvient à le faire une douceur (presque) féminine. De quoi nous retrouver avec un opus à la légèreté musicale ambiante !

Guillo est donc assurément l’un de ces chanteurs qui sait faire frétiller nos oreilles avec passion.

***

Forest Swords, Compassion

Acceptez-vous parfois de lâcher prise pour vous laisser emporter dans un autre monde par le biais de la musique ? Si vous n’y arrivez pas, alors écoutez l’album Compassion de Forest Swords, qui est oscille entre le « doux songe » et la « pluie battante ». De mon côté, je peux vous certifier que ça me fait du bien d’écouter parfois des disques de ce type !

Forest Swords n’hésite pas ainsi à jouer avec les sonorités anglophones qui ont bercé son enfance, en les incorporant à des productions modernes que je qualifierais de « froides » (à base de trip-hop, notamment). On pense d’ailleurs à Morcheeba et à Massive Attack, lorsqu’on entend les notes d’Exalter et de Sjurvival. Je soupçonne même Forest Swords d’être un peu fan de Giorgio Moroder, à cause de War It (la piste d’ouverture de l’album). En outre, on a droit à des titres plus relaxants, comme Border Margin Barrier et Knife Edge. De quoi s’évanouir (de plaisir) au sein de cet éden musical pas comme les autres !

En tout cas, l’artiste Forest Swords sait comment nous apprendre la compassion à travers sa musique florissante !

***

Dan Black, Do Not Revenge

Qui pensait que The Servant avaient signé un unique tube (Orchestra, qui reste intemporel pour moi) et un seul album ? Pas moi ! Plus sérieusement, je ne m’étais pas intéressé à eux plus que ça. Je fus donc surpris de voir que Dan Black (ancien chanteur et guitariste du groupe) avait sorti un album solo ! Un album qui s’avère être vraiment bon, à mes yeux !

Do Not Revenge est pour moi un melting-pot pop de ces trente dernières années. Il est divin hommage fait à la fois aux 80’s/90’s et aux 2000’s. D’un côté, on a des titres « bruts de décoffrage » comme Space Invaders, Blow, We Drift On, Polar Bears et Zoo. De l’autre, on a des mid-tempos et ballades plus légers dans l’air : So, Ur the 1 et Plastic Heart. On a aussi quelques « exceptions » du genre de Farewell (en duo avec l’artiste Kelis). Par conséquent, on est bien loin de la pop/rock dans laquelle Dan officiait à ses débuts ! De quoi (me) prouver que la pop n’appartient pas qu’aux femmes !

Par conséquent, Dan Black signe avec Do Not Revenge une incursion pop « rétro » efficace dans la scène musicale contemporaine actuelle.

3 commentaires

  1. Bonjour Fabien
    J’ai beaucoup aimer Dan Black mais je le trouve pas si rétro que ça, il est aussi assez ancré dans son époque.
    Tu a bien raison pour Vincha il mérite plus de reconnaissance que d’autre.
    @mitié

  2. Moi non plus je ne suis pas Rap, mais c’est vrai que Vincha sort du lot. Quant à Dimoné, j’aime bien sa voix grave, et ses textes sont superbes. Je la trouve très chouette l’animation de la vidéo de Guilo. Don black, c’est assez intemporel comme son.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *