[ALBUM] Olivia Ruiz, À Nos Corps-Aimants

olivia-ruiz-a-nos-corps-aimants-album

Je vous avais parlés de la chanson Mon corps mon amour en septembre dernier. Entre ce jour-là et maintenant, Olivia Ruiz a défendu sa comédie musicale Volver (à laquelle je n’ai pu assister, mais la chanteuse a laissé sous-entendre qu’elle aimerait continuer en 2018, après sa tournée solo). Ces dernières semaines, on l’a vue défendre et promouvoir son nouvel album À Nos Corps-Aimants. Un album qui est, comme toujours, à l’image de cette artiste au sang chaud !

Pour rappel, Mon corps mon amour, c’est ça :

Je vous l’avais déjà dit dans ma critique du single, mais cette chanson m’est immédiatement apparue comme étant un tube potentiel. Hélas, nombreuses sont les radios qui l’ont boudée, à l’image de My Lomo & Me il y a quatre ans. Alors que des stations musicales comme Virgin Radio, RLT2 et RFM ont encore de quoi l’intégrer à leurs playlists respectives. En ce qui me concerne, peu m’importait : j’attendais ce cinquième album de pied ferme, en espérant ne pas être déçu !

Et la sortie dans les bacs arriva le vendredi 18 novembre. Après une première écoute en avant-première sur le site du Parisien, j’ai pu l’écouter plusieurs fois depuis mon achat. Voici donc ma critique détaillée !…

  • Mon corps mon amour : comme je le disais ci-dessus, ce premier extrait est efficace, notamment pour sa couleur musicale très sixties;
  • Il y a des nuits (version solo / feat. Toan) : je préfère sans hésiter la version avec son frère Toan, ce dernier apportant à la chanson un plus indéniable, en la rythmant davantage ;
  • Âme en dentelle : ce troisième titre me fait penser à un sympathique mélange entre Plus j’aime, plus je pique et Les crêpes aux champignons;
  • La dame-oiselle : c’est un peu le Volver de l’album, tant la féminité poétique d’Olivia en ressort ; c’est aussi mon premier coup de cœur de cet opus ;
  • Nino Mi Niño : la chanteuse dédie ce morceau à son premier enfant, ce que je trouve charmant et entêtant (surtout les chœurs dans le refrain) ;
  • Dis-moi ton secret : tout disque d’Olivia Ruiz nécessite son titre aux influences rock’n’roll, un style dont elle est décidément fan et qui lui réussit ;
  • Le blanc du plafond : c’est mon deuxième coup de cœur, dont je trouve les paroles marquantes (notamment pour le jeu des mots autour de sa cuvette de WC !) ;
  • L’éternité : c’est un morceau tout ce qu’il y a de plus banal dans sa discographie ; ça s’écoute et s’apprécie, rien de plus, rien de moins ;
  • Tokyo Eyes : on pourrait dire qu’il s’agit de la suite de A. Melancholy, tant sur les paroles comme sur le plan musical ;
  • Paranoïaque transcendantal : une chanson « latino » qui, avec son refrain, me donne envie de danser comme un diable ;
  • Nos corps-aimants : à l’image du L’éternité, ce titre est également « passe-partout » dans son répertoire si vaste ;
  • Duerme Negrito (avec Didier Blanc et Toan) : on finit avec le traditionnel duo/trio espagnol familial, et je dois dire qu’il s’agit là de leur plus belle collaboration à ce jour.

Maintenant que je vous ai parlés des titres de l’édition normale (sans compter Il y a des nuits en duo avec Toan), j’aimerais vous dire un mot sur ceux de l’édition Deluxe, que je trouve réussis.

  • Nos corps-aimants (LA Session) : cette version-là aurait très bien pu figurer dans l’album Le Calme et la Tempête;
  • Dis-moi ton secret (LA Session) : ce « remix » n’est pas vraiment différent de l’originale, mais il est tout aussi entraînant que celle-ci ;
  • Âme en dentelle (LA Session) : je suis davantage séduit par cette version que par la précédente.

Pour résumer, que dire ? Eh bien, qu’Olivia Ruiz réussit un tour de force avec ce cinquième album. Si son style est bien reconnaissable, cela ne l’empêche pas de voguer vers d’autres horizons. Au contraire, elle s’amuse à jouer avec les sonorités et, là où le précédent opus m’avait beaucoup dérouté, celui-là m’a instantanément pris dans ses filets. Et je sens que La Dame-oiselle et Le Blanc du Plafond se distingueront rapidement des autres chansons d’À Nos Corps-Aimants !…

Vous pouvez à présent écouter ce live très sympathique de Mon corps mon amour et regarder cette interview sur RFM, avec Pascal Nègre.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *