[ALBUMS] Critiques Express #8

Bonjour à toutes et à tous. Aujourd’hui, les huitièmes Critiques Express vous présentent Boys in Lilies, Donoré et Lou Tavalo. Ou la énième preuve que la nouvelle génération a des talents musicaux solides.

***

Boys in Lilies, Take No Dance

Quand on regarde la pochette de l’EP Take No Dance des Boys in Lilies, on s’attendrait à du rock des sixties. Pourtant, quand on écoute ce même album, on est surpris de découvrir un univers électro/pop qui caresse notre ouïe avec douceur. Mais qui sont donc les Boys in Lilies ?

Les Boys in Lilies, ce sont deux jeunes femmes qui, dès qu’elles touchent aux instruments, ont les doigts sensibles et inspirés. Leurs voix assemblées font penser à celle de Madeline Follin (la chanteuse du duo américain Cult). Nastasia Paccagini et Laure Berneau – ce sont leurs noms – choisissent, de ce fait, de suivre la tendance du moment, avec leur touche personnelle et en chantant dans la langue de Shakespeare au lieu de celle de Molière.

À partir de là, que valent les chansons de Take No Dance ?

  • Hold You : la première piste de cet EP est aérienne, nous transportant grâce à sa pop aux airs électro ;
  • Burning Ghosts : le clavier se fait discret pour un style plus oriental dans l’ensemble, ce qui n’est pas pour me déplaire ;
  • Take No Dance : je ne sais pas si Nastasia et Laure sont toutes deux fans de DJ Mustard, mais je pense à Mood Ring de Britney Spears quand j’écoute Take No Dance (la chanson) ;
  • Boy : on a envie de danser sur ces notes tout droit sorties de leurs synthés, eux-mêmes tout droit sortis des années 80 ;
  • I Think I Heart You : les discothèques pourraient accueillir ce titre à bras ouverts dans leurs playlists, le refrain étant tout ce qu’il y a de plus dansant ;
  • Airport : The Radio Dept. semblent avoir inspiré Boys in Lilies sur cette chanson planante et reposante.

Les Boys in Lilies sont donc ce « nouveau » duo hype et prometteur, qu’on peut ranger à côté des récents Paradis. Voire même à part, tant ces deux filles sont uniques en leur genre.

***

Donoré, L’Amour en Deux

Depuis presque dix ans maintenant, Donoré coiffe différentes casquettes : auteur, compositeur et interprète ! Après deux EP, parus respectivement en 2007 et en 2014 (Donoré et Maintenant), puis un premier vrai album sorti en 2010, le grenoblois nous propose L’Amour en Deux, où il se chante à travers des mélodies pop/rock plutôt accrocheuses.

Même s’il est loin d’être un débutant, Donoré me fait « inévitablement » penser à ces nouveaux artistes qui ont été révélés cette année : Amir, Navii, Vianney, les Fréro Delavega, etc. Tous ont cette verve innocente, qu’ils exploitent alors à leur manière propre. Comme eux, Donoré chante avec une certaine fraîcheur, qu’il semble aimer cultiver. Et alors qu’il aurait pu s’engager dans une voie pleine à ras bord de pop/électro, il a choisi de vrais instruments pour composer les mélodies de ses chansons. Ce qui peut faire penser que son album est moins efficace que ceux de ses confrères. Mais le résultat est là et convainc.

Parmi les onze titres de cet Amour en Deux, je retiens essentiellement :

  • Vivants : il s’agit du premier single qui, je dois le dire, a bien été choisi ; les radios comme RTL2 devraient se l’arracher sans mal ;
  • L’amour en deux : les airs de blues rendent cette chanson tendre et nostalgique à l’écoute ;
  • Mon pote : le chanteur siffle et « rappe » son amitié pour un ami perdu, soit un morceau qui nous touche en plein cœur ;
  • Qui me tiendra la main : une ballade pop aux accents folk qui nous rappelle que l’innocence ne sera jamais perdue ;
  • Barcelone : on s’en va près de la Méditerranée et se détend, en écoutant ce titre reposant ;
  • Houlala : sur cette dernière chanson, Donoré s’essaie à l’anglais et à l’allemand, et je dois dire que j’aime bien !

Après une première écoute qui m’avait à moitié convaincu, ce deuxième album a finalement pour moi de quoi faire son bonhomme de chemin, que ce soit sur scène comme sur les ondes et dans les charts.

***

Lou Tavano, For You

Lou Tavano est un peu cette étoile flamboyante venue de nulle part. Après avoir écumé les scènes parisiennes et sorti un premier EP (Meets Alexey Asantcheeff), la presque-trentenaire nous propose de découvrir son album For You, où le jazz vocal devient sa seconde nature. Le jazz, elle le connaît, puisqu’elle l’a étudié à Boston pendant quatre ans, en plus du chant.

Mélange vocal entre Norah Jones et Dido, Lou Tavano est aussi une pianiste aguerrie (elle joue du piano depuis l’âge de cinq ans). Tous ces éléments réunis donnent ainsi lieu à une nouvelle diva, née à la fois des temps anciens et de l’ère nouvelle. Ainsi, que ce soit en anglais comme en français, voire même en russe, Lou Tavano nous transporte par sa voix grave cristalline, emprunte de beauté poétique.

Dans cet album qui est un coup de cœur pour moi, quelles sont les chansons qu’il faut retenir en priorité ?

  • Quiet Enlightenment : l’artiste nous initie à son univers mélodieux et mélancolique ;
  • L’Artiste : il s’agit de l’une des deux chansons enregistrées en français de ce disque ; chanson française et jazz donnent un mélange divin, qui éclot alors en nous ;
  • It’s a Girl : ce titre me donne la joie de vivre, tout simplement ;
  • Petite Pomme : « c’est l’histoire d’une petite fille qui n’a trouvé sa place ni en France, ni en Russie », selon ses propres mots ; et je la trouve belle, son histoire ;
  • Afro Blues (Bali Hues) : un autre mix musical se fait ici, celui du jazz et des rythmes tribaux ; le résultat est tout simplement délicieux ;
  • Through a Nightmare : l’album se finit sur une note mélodieuse et mélancolique, à l’image de la chanson d’ouverture, avec une légère touche de tango ; une manière de boucler cette première boucle, en quelque sorte.

Lou Tavano est donc, à n’en pas douter, l’une des nombreuses nouvelles lueurs solaires de la Musique d’aujourd’hui. Maintenant, j’ai envie de la voir enregistrer tout un album de jazz en français, à l’image du pimpant L’Artiste. À suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *