[ALBUMS] Critiques Express #6

etc-critiques-express-6-octobre-2016

Bonjour à toutes et à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui pour la sixième édition des Critiques Express du blog, avec non pas trois, mais quatre albums au compteur ! Au programme : du jazz (Guillaume Perret, Ibrahim Maalouf), de la pop (Louis Arlette) et de l’électro/pop (The Pirouettes).

***

Louis Arlette, Louis Arlette (EP)

On commence avec un petit « nouveau » dans le milieu, à savoir Louis Arlette. « Nouveau », car avant de prendre le micro, ce jeune trentenaire est musicien et ingénieur du son. Les enregistrements et les arrangements en studio n’ont donc aucun secret pour lui ! Après une expérience au sein d’un groupe, à chanter dans la langue de Shakespeare, qui l’a peu convaincu, le voilà prêt à faire ses preuves avec son premier EP éponyme.

Louis Arlette, c’est de la pop française avec des airs d’électro, eux-mêmes inspirés des 90’s (du genre de Massive Attack, notamment). Avec son timbre de voix qui rappelle à la fois Raphaël et Louis-Jean Cormier, il s’impose de lui-même avec son style musical à la fois moderne et intemporel, tant il semble être né à une autre époque que la nôtre. Ce qui est sûr, c’est qu’il ose l’alternatif, et tant pis si ça ne plaît pas !

Quels titres retenir de cet EP, du coup ? Mon avis en quelques mots…

  • L’avalanche (+ version live) : C’est le tube de ce mini-album, en gros, avec une nette préférence pour sa seconde version ; à son écoute, on se sent transporter dans les airs ;
  • Les étaux : Massive Attack l’a tellement inspiré, que Louis leur « dédie » Les étaux, sorte de Teardrop des années 2010.

Pour conclure, à l’écoute de ce (court) EP, on a envie de découvrir davantage l’univers musical de Louis Arlette. On espère donc qu’un album verra bientôt/prochainement le jour, car il a de l’avenir en tant qu’artiste, ce gars-là.

***

The Pirouettes, Carrément Carrément

Ces dernières années, c’est la « mode » aux groupes d’électro/pop français. Il faut dire aussi les productions sont plutôt efficaces et que les paroles, sans être forcément inspirées de Molière, sont entêtantes, tout en donnant plus de rythme aux chansons mêmes. Le duo The Pirouettes fait partie de cette nouvelle génération d’artistes branchés, qui donnent ainsi un souffle moderne à la musique frenchy.

La Femme, Paradis, Grand Blanc… Ils séduisent tous par leur prose facile, mais assumé, sous fond de mélodies tendances et dont on se souvient d’emblée. Pour Vickie Chérie et Leo Bear Creek, eux, usent de vers banals pour séduire. Quand ils ont un truc à dire ou même une histoire à raconter, ils n’y vont pas par quatre chemins. Certains grinceront certainement des dents à ce propos, en écoutant leur premier album Carrément Carrément, les autres passeront outre et se laisseront emporter par cette innocence musicale dont ce duo fait preuve.

Quels sont donc les principaux titres de Carrément Carrément qu’il faut retenir ?

  • L’escalier : il s’agit du premier extrait, bien choisi par ailleurs, porté par les voix enfantines de Vickie et de Leo ;
  • Jouer le jeu : le disco et les années 80 s’invitent dans cette chanson festive, parfaite pour danser un samedi soir ;
  • Signaux : dans ce mid-tempo pas moins dynamique que les titres l’ayant précédé, les Pirouettes parviennent à se raconter, et ce, avec un air plutôt détaché ;
  • Je nous vois : son refrain en est clairement le point fort, les « ooh ooh ! » de la chanteuse se mêlant avec harmonie à la voix masculine chantée de son partenaire ;
  • Au bord de l’eau : quand les paroles enfantines deviennent coquines, ça donne cet autre mid-tempo qui en a dans le ventre.

Avec leurs comptines pour jeunes adultes, The Pirouettes partent sur une lancée qui leur ressemble, tout en étant risquée. Nul doute que leur premier essai ne passera pas inaperçu, malgré la maladresse des débuts.

***

Guillaume Perret, Free

Après vous avoir parlé de jazz moderne via l’album Rebirth de Samy Thiébault, je vous parle ce mois-ci de Free, premier album solo de Guillaume Perret. Première incursion solitaire dans la musique, puisqu’il avait déjà sorti trois opus au sein de son ensemble Guillaume Perret & The Electric Epic. Et si ce disque est déroutant dès les premières notes, il en ressort après coup une originalité audacieuse et marquante.

À la manière de son confrère Thiébault, Guillaume Perret réinvente le style même du jazz, à sa propre sauce. Il le modernise et y incorpore d’autres genres musicaux. Il nous détend, nous fait danser, nous fait voyager à travers le monde et le temps. On se régale alors de cette musicalité si riche, qui n’attend que de nous séduire. Et elle a fini de le faire, en ce qui me concerne.

Je vous propose donc un tour des titres les plus fous de cet album…

  • Walk : j’ai envie de mettre mes chaussons de danse et de virevolter dans la pièce entière, en ma laissant ainsi emporter par ces airs rock inspirés ;
  • En Good : on fait un agréable saut dans les années 30, grâce à ces instruments à vent enjoués ;
  • Pilgrim : c’est ma favorite du lot, tant elle est entraînante et respire la chaleur latine ; elle me donne d’ailleurs envie de bouger mon corps avec frénésie ;
  • She’s Got Rhythm : les années 30 sont de retour dans cette piste et dieu, que ça fait du bien un tel « retour aux sources » !

Avec la fraîcheur hivernale qui se profile à l’horizon, Guillaume Perret devrait mettre un peu de chaleur en chacun des foyers qui possédera ses douze compositions jazz revigorantes.

***

Ibrahim Maalouf, 10 ans de Live ! (Best Of)

Après des dizaines de collaborations, après des albums studios enregistrés et produits sous son label Mi’ster Productions, Ibrahim Maalouf fête sa première décennie sur scène, avec le best of 10 ans de Live !. Dans cet album, il nous présente les moments forts de ses tournées, que ce soit en France comme ailleurs. Pour ma part, je vous parlerai du CD promo que j’ai reçu de la part de mon partenaire Attitude, qui contient neuf titres.

Dans 10 ans de Live !, Ibrahim Maalouf montre qu’on peut mettre l’ambiance dans une salle pleine, en jouant juste du piano et de la trompette. Il communique, par ailleurs, avec ferveur avec son public, qui le lui rend bien. Ainsi, qu’on soit sur place ou chez soi, on ne peut qu’avoir la fibre musicale lorsqu’on l’écoute déployer son talent né. De quoi nous donner envie de découvrir sa carrière en long, en large et en travers !

Faisons maintenant un petit tour parmi mes morceaux préférés de cet album promo !

  • Red & Black Light : c’est simple, dès la première écoute, j’ai été séduit (c’est aussi simple que ça) ; entendre le public chanter par-dessus la musique fait que je me laisse aussi prendre au jeu ;
  • La javanaise (avec Juliette Gréco) : magnifique reprise de ce classique de Serge Gainsbourg, sublimé par la voix grave et toute en retenue de Juliette Gréco;
  • True Story (+ intro) : les chœurs d’enfants et le piano définissent la beauté même de ce morceau, que je trouve mélancolique et entraînant à la fois ;
  • Your Soul : Ibrahim s’empare ici de son piano seul, pour nous interpréter avec douceur et calme sa poésie musicale.

Bref, si vous ne connaissiez pas encore Ibrahim Maalouf jusqu’à aujourd’hui, ce best of live est l’occasion de vous pencher sur sa discographie bien remplie. Et de vous initier au jazz, si ce n’est déjà fait !

Suivez-moi !

Fab!en

Blogueur Culturel chez EscapeToCulture.net
Blogueur Culturel qui aime bien cinéphiler, écouter de la POP et plein d'autres choses !
Suivez-moi !

Les derniers articles par Fab!en (tout voir)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *