[ALBUM] Navii, Tout se donner

Navii - Tout se donner (album)

À une époque, j’écoutais beaucoup la radio. N’étant plus trop branché sur les ondes, je découvre la plupart des artistes que j’écoute via Internet et les réseaux sociaux. Ou alors via les clips diffusés sur les chaînes musicales, quand je vais faire mon sport. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert le jeune chanteur Navii, avec les clips de ses chansons J’écoute du Miles Davis, Alors souris et Turbulences.

En le voyant avec sa guitare, je m’attendais de la chanson française mêlée à de la simple folk. En écoutant son EP récemment, je me suis surpris à entendre de la pop/électro douce, mais efficace. Je suis ainsi tombé sous le charme de ce nouveau venu, qui apporte de la fraîcheur au paysage musical français si vaste. Un croisement entre Amir, les Fréro Delavega et Vianney, en quelque sorte.

Étant curieux de découvrir le reste de son travail, j’ai écouté son premier album, Tout se donner, dès sa sortie dans les bacs et sur les plateformes en ligne, le 3 juin dernier. Et donc, qu’est-ce que ça donne de beau ?

  • J’écoute du Miles Davis: c’est un excellent choix de single, qui a tout le potentiel pour devenir l’un des futurs tubes de l’été 2016 ;
  • Turbulences: un potentiel tubesque moindre, mais le rythme entraînant finit par avoir raison de nous ;
  • Ébloui par la nuit: une reprise osée, bien loin de l’originale interprétée avec rage et douleur par Zaz ; la voix de Navii est plus douce et c’est agréable à l’oreille ; l’un de mes coups de cœur évidents de ce premier essai ;
  • On se sent seul: ça rappelle la version Skydancers du titre Veronica de Vianney dans l’air, on l’écoute avec entrain, mais on a un peu de mal ;
  • Juste un indice: entêtant et radiophonique, avec une ambiance à la fois chaude et « hivernale », ce titre mérite également sa propre exposition médiatique (et j’espère qu’il l’aura) ;
  • Tout se donner: la chanson qui donne son titre à l’album est pleine d’assurance et de naïveté, avec sa mélodie « légèrement » estivale qui fait beaucoup de bien ;
  • Alors souris: on rentre dans la seconde moitié de l’album, ça commence à faiblir, mais la mélodie entêtante est toujours là (le titre a été un single, donc ce n’est pas surprenant en soi) ;
  • Inconditionnel: c’est la « pause » musicale dont on avait besoin, après cette avalanche de pop/électro mélodieuse, et dont on profite sans modération ;
  • Septième ciel: ça faiblit de nouveau, même s’il veut nous faire aller jusqu’au Septième Ciel ; ça marche, mais pas suffisamment pour qu’on soit totalement conquis ;
  • Comme un écho: j’ai l’impression de remonter dix ans en arrière, quand je fredonnais le super Oublie-Moi de Riké ; Navii lui a donné un descendant et on valide à 100% ;
  • Amour poison: un peu d’ »urbain » par-ci, un peu d’instrumental par-là, on bouge au rythme du titre, mais il manque quelque chose pour qu’on aime davantage ;
  • Tu m’emmènes: une chanson dans la continuité de la précédente ; sympathique, mais on en attendait plus ;
  • Un jour de plus: le duo des Fréro Delavega semble avoir pris possession de l’âme de Navii ; ce dernier y incorpore néanmoins son propre style, pour un résultat musical enfantin qui s’avère être charmant.

L’album s’avère donc être solide, pour un jeune premier comme lui. Il réussit à y instaurer son propre univers, tout en piochant parmi ses références. Il y a aussi parfois quelques maladresses, notamment au niveau des paroles et quelques répétitions dans les mélodies. Mais peut-on lui en vouloir finalement, vu qu’il débute sur le devant de la scène ? Il faudra attendre les deuxième et troisième albums, soit la confirmation de son talent ou pas. En tout cas, je serai curieux de le voir jouer en live, surtout s’il est aussi souvent accompagné de sa guitare comme dans ses clips (guitare qu’on n’entend pas vraiment en studio, en passant). En s’entourant bien, il peut avoir une carrière intéressante, en tout cas.
En conclusion, c’est du bon dans l’ensemble.

Si, de votre côté, vous connaissez encore mal Navii, je vous propose de découvrir quelques-unes de ses chansons déjà connues…

5 commentaires

  1. Je l’ai découvert grâce à Turbulence que j’idolâtre, bon par contre j’ai pas adhéré aux autres singles lol
    Mais pour moi, aimer un chanteurs Français c’est une expérience quasi mystique lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *