[INTERVIEW] Rencontre avec Serge Biolay

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

Passionné comme moi par le septième art, Serge Biolay réalise depuis deux ans des métrages divers et variés. À l’occasion de la sortie prochaine de Destin Troublant, son premier long-métrage, nous nous sommes mis d’accord pour en parler sous la forme d’une interview. Mais pas seulement, puisqu’il revient également sur son parcours depuis ses débuts derrière la caméra. Je tiens donc à le remercier pour sa confiance et également pour l’estime qu’il me porte.
Sur ce, bonne lecture !

***

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

Afin de mieux te connaître, une petite présentation s’impose…
Stéphanois de quarante-quatre ans, un brin ardéchois dans l’âme depuis quatre ans, je suis cinéaste amateur depuis bientôt cinq ans (activité secondaire), entre métrages et reportages, cultivant au quotidien une passion pour l’image active depuis plus de trente et un ans, même si celle-ci a débuté inconsciemment depuis l’âge de quatre-cinq ans pour une déclinaison sous divers aspects au fil des ans :

  • Spectateur cinéphile via le grand écran, par le biais d’installations personnelles Home Cinéma au travers d’importantes collections sur supports VHS, Laserdisc (période charnière qui n’a fait que confirmer mon intérêt pour l’audio/vidéo), DVD et Blu-ray.
  • Accro sur une large période des magazines tel que MAD MOVIES, L’ÉCRAN FANTASTIQUE, STARFIX, IMPACT, PREMIÈRE, STUDIO et LES ANNÉES LASER, la meilleure revue technique à ce jour, le guide indispensable des passionnés de Home Cinéma.
  • Collectionneur de nombreux ouvrages sur le domaine aussi variés que techniques, incluant quelques perles rares pour une bibliothèque constituée d’une majorité d’imports, notamment sur les effets spéciaux du fait d’un nombre restreint de parutions en France.
  • Concepteur et animateur d’une émission radiophonique sur les technologies audio/vidéo
    LE CINÉMA A DOMICILE en 1994 et 1995  avec un démarrage sous forme d’une rubrique de 10mn retransmise sur RCF Saint-Etienne (RCM Fourvière St-Etienne 94.7 MHz à l’époque) tous les mercredis à 17h50 à partir d’avril 1994 et sur les quelques mois qui suivirent avec l’appui de prtenaires locaux stéphanois (LOCATEL, Distributeurs exclusifs PHILIPS et BANG & OLUFSEN) et Appelous (Vidéo Plus). 18 Juin 1994, une opportunité permis d’obtenir une déclinaison d’un plus large format afin d’élargir la zone de couverture via une diffusion sur Radio ONDAINE Firminy 90.9 MHz tous les Dimanches de 14h15 à 15h jusqu’en Novembre 1995 avec le même partenariat. Une expérience qui m’a permis sans passeport particulier

    de visiter à l’époque l’intégralité des locaux techniques des cinémas stéphanois GAUMONT (interview de la direction, habituellement réservée exclusivement au Journal LE PROGRÈS), EDEN, ROYAL et LE FRANCE, des souvenirs inaltérables qui resteront à jamais gravés du fait d’avoir aussi pu échanger longuement avec des projectionnistes passionnés par leur métier, ce qui est plutôt rare de nos jours. Une opportunité qui s’est à nouveau présentée en octobre 2015 avec le cinéma associatif LE FOYER de Bourg-Argental pour un aperçu des dernières techniques de projection.

  • Réalisateur de plusieurs métrages audio avec mon frère Philippe à la fin des années 80 (multiples modifications vocales permettant d’accroître la présence de personnages en plus d’une variété de bruitages « fabrication maison » pour rendre les scénarios auditivement plus crédibles).

Voilà pour l’essentiel et sans doute pour le plus représentatif de cette passion, véritable source d’équilibre de ma personnalité.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

Comment expliques-tu cette passion pour le cinéma ?
Je pense que l’image,  moyen d’expression à l’apport considérable, véritable moteur de transmission émotionnelle, m’a hypnotisé dès ma plus tendre enfance, un bien-être au bienfait incalculable qui a une répercussion sur moi-même dont je n’ai pas mesuré l’impact.

As-tu d’autres passions ?
La haute-fidélité dans l’audio m’interpelle depuis longtemps n’étant pas réticent à l’apport indiscutable de connaissances que peut offrir ce secteur, ceci étant dû en grande partie à ma rencontre au cours des années 90 avec Monsieur Gilbert DAP, propriétaire du magasin spécialisé AUDIO CONSEIL à Saint-Etienne (probablement le seul de la région que je recommanderai sans détour, notamment pour son professionnalisme), plaisir que je partageai à l’époque avec mon frère, lui aussi très intéressé du fait de dénicher, réparer puis rénover des appareils de collection (téléviseurs, projecteurs 8-16mn, meubles radio tourne disque …)

Également le monde animal, passion vécue activement durant quatorze ans de 1977 à 1991, et l’univers de l’incontournable musicien de la musique électronique Jean-Michel JARRE, dont je suis un fan absolu.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

Quels sont tes réalisateurs, films favoris ?
Un faible pour Luc BESSON le créatif à la personnalité non formatée, Christophe GANS pour son regard cinéphile, Sam RAIMI pour son audace, Stanley KUBRICK le visionnaire pour un perfectionnisme à toute épreuve, Dario ARGENTO le Maître du Giallo, un genre à l’atmosphère très spécifique, Steven SPIELBERG pour le grand enfant qu’il est, James CAMERON, Ridley SCOTT…

Pour ne citer que quelques exemples de métrages, la liste étant exhaustive :
Shining, Les frissons de l’angoisse, 2001 l’odyssée de l’Espace, La Balance, Le masque de cire, L’Exorciste 3, Ensemble c’est tout, Le cousin, 976 Evil, A la poursuite du Diamant vert, Le Grand Bleu, Nikita, Démons, Ne réveillez pas un flic qui dort, La maison du bonheur, Suspiria, Blade Runner, Legend, Le Justicier de New-York, Commando, Tchao Pantin, Antarctica (l’original), Crying Freeman.

Quand remonte ta première expérience derrière une caméra ?
En 1998, lors d’une virée touristique entre copains, sinon d’avantage en mai 2001 lors d’un court-métrage de quelques minutes conçu avec mon frère Philippe, UN PIED DANS LA TOMBE (où un simple soldat se fait malmener par son supérieur hiérarchique lors d’une méprise en pleine forêt). Ce film tourné avec la caméra VHS-C d’une connaissance en un matin près de Saint-Genest-Malifaux dans la Loire, ne fut jamais diffusé, seulement dupliqué sur VHS via deux montages différents.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

***

Peux-tu nous présenter ARCOX STUDIO ?
La concrétisation d’un rêve après une longue période de gestation, durant laquelle j’ai dû me poser les bonnes questions et trouver les réponses. ARCOX est le fruit de cet amour qui nous lie moi et ma compagne Sylvie, le résultat aussi d’une accumulation d’énergie qui sommeillait en moi depuis des années et ne demandait qu’à s’extérioriser.
Ce Studio de Création Audiovisuelle Indépendant au fonctionnement totalement atypique, qui possède matériel et accessoires, œuvrant entre amateurisme et semi-pro que j’autofinance sans quelconque objectif de rentabilité financière, vouant pleinement son activité au partage collectif d’une passion, est née de tout cela, l’idée de départ étant d’assouvir une soif de connaissances, acquérir de nouvelles compétences en élargissant un savoir-faire, de s’éclater un max, se faire plaisir sans dépendre d’aucun système.

Comment as-tu mis en place cette structure ?
En mode solo, prenant le temps nécessaire sur deux ans, le projet ayant germé dans ma tête début 2011 avec un toute autre nom, puis la rencontre avec ma compagne en juillet 2012 a bousculé mes choix, c’est là que j’ai compris que ma passion prenait un autre tournant, entamait un nouveau et long chapitre.

Quel(s) rôle(s) joues-tu au sein d’ARCOX STUDIO ?
Je supervise l’intégralité des projets via de multiples casquettes en fonction des impératifs (scénariste, directeur casting, producteur, réalisateur, accessoiriste, cadreur, monteur), en plus de m’essayer au jeu d’acteur, ce qui me procure un réel plaisir, adorant me retrouver devant une caméra, même si j’avoue être plus à l’aise et crédible derrière l’objectif pour gérer la technique.
En toute humilité, j’avouerai qu’il m’est difficile voire impossible de tout maîtriser dans l’absolu, mais la possibilité de nouvelles perspectives et d’évoluer intellectuellement me pousse à repousser mes limites et à poursuivre cette aventure, aussi enivrante qu’elle soit.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay

As-tu bénéficié de formations spécifiques pour mener à bien tes projets ?
Non, aucune dans ce domaine ni connaissances, travaillant dans le secteur audiovisuel sauf depuis fin 2014 lorsque j’ai rencontré le lyonnais Bryan VIGIER, étudiant à l’ARFIS depuis 2 ans, qui voue une passion pour le Parkour et la Cascade.
J’ai beaucoup d’admiration pour ce jeune homme à l’énergie débordante que je soutiens et motive régulièrement, par des commentaires sur ses vidéos ou en privilégiant parfois la discussion via le web. J’espère revivre à nouveau un tel face-à-face, n’ayant jamais oublié le contenu de nos échanges sans omettre ce respect et cette confiance mutuelle.
Une rencontre déterminante pour un choc de générations qui m’a poussé à persévérer davantage.

Comment décrirais-tu ton évolution avec le septième art ?
J’en suis très fier, surtout du fait de mon parcours, et espère poursuivre dans cette voie, un piment dans ma vie qui m’a beaucoup apporté.

Est-ce que tes goûts cinématographiques influencent ton travail ?
Très honnêtement, j’essaye de prendre du recul entre mon travail de réalisateur et celui de simple spectateur, élément important au détriment d’une créativité nécessaire, car produire un métrage qu’il soit court ou long, c’est un peu comme un peintre qui compose un tableau, on ne peut trouver l’inspiration souhaitée si l’on calque le travail des autres que l’on se doit de respecter.

Combien as-tu réalisé des métrages via ARCOX STUDIO ?
Trois : JACK STONE : MORT D’UN POURRI, TRAHISON et DESTIN TROUBLANT.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

***

En quelques mots, de quoi parle ton dernier film ?
Suite à un tragique événement, une femme décide de se reconstruire, tant physiquement que mentalement, survivre à l’écart d’une société qui l’a brisée avant d’affronter son passé pour connaître la rédemption tant espérée.

Le déroulement de ce projet, de la création jusqu’au tournage, en plus des casquettes que tu as endossées ?
Tout a commencé en juillet 2014, pour une ébauche scénaristique, et une première réunion de groupe le mois de septembre qui a suivi. Après tout s’est enchaîné très vite avec le début du tournage le 10 novembre 2014, avant le clap de fin définitif le 16 novembre 2015, puis le montage d’une version de travail (un montage partiel était effectué chaque mois durant les captations, afin d’alléger de façon conséquente, la lourdeur du travail de finalisation) livrée début mars 2016 dans le cadre de l’anniversaire des cinquante ans de Sylvie et visualisée par une vingtaine de convives, qui n’ont pu que constater l’étendue de la tâche accomplie.
Ce qu’il faut souligner, malgré une préparation en amont, c’est que le projet a pris une tout autre direction durant le tournage, début avril 2015, ce qui devait être plus noir et très axé sur l’action a finalement basculé dans l’aventure et le dramatique suite aux problèmes d’ordre médical d’Almarique qui devait endosser initialement le rôle d’un personnage secondaire en plus de régler les combats, vu sa grande expériences des arts martiaux dans de multiples disciplines.
Chaque protagoniste avait ses propres dialogues qu’il avait la possibilité de remanier partiellement pour une meilleure aisance permettant de peaufiner le jeu d’acteur.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

La construction du film a failli stopper quatre fois, sans omettre les mauvaises conditions météorologiques, dont un vent récurrent qui a détruit 90% des prises de certaines scènes, la caméra principale qui a pris un « bain de jouvence » le 8 juin 2015 à la Cascade de la Beaume (les rushes ayant pu être sauvés) et a nécessité l’emploi en urgence de l’appareil photo comme enregistreur vidéo (matériel précédent, remplacé depuis) afin de boucler les derniers plans. Je ne m’attarderai pas sur les quelques moments chauds du tournage, des situations dont une partie de l’équipe se serait bien passée.
Une formidable aventure collective, mais très sincèrement épuisante, c’est pour cela que la prochaine n’optera pas pour des conditions identiques, mais avec une rigueur et une organisation plus accrue, car une telle expérience n’est pas un jeu, loin de là.

Pour les postes occupés, comme énuméré dans mes précédents propos.

Quel(s) message(s) veux-tu faire passer à travers ce film ?
On a tous droit à une seconde chance et aussi savoir ne jamais baisser les bras durant une défaite, un dur moment de la vie en sachant affronter pour rebondir.

De quel(s) compositeur(s) t’es-tu inspiré pour la bande originale ?
Aucun,  j’ai effectué mon choix en faisant travailler ma sensibilité auditive dans un but de cohérence avec les images, une implication sinon plus importante que la partie vidéo, car la musique apporte une profondeur supplémentaire aux scènes, en plus d’une dose émotionnelle indissociable. J’ai donc puisé judicieusement dans des catalogues en ligne au gré de mes envies, un budget étant débloqué lors de la diffusion du film sur le web, afin de rémunérer les compositeurs inclus dans la bande originale.

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

Peux-tu nous faire un panorama du reste de l’équipe ?

  • Sylvie, ma compagne et proche collaboratrice, en plus d’être l’actrice principale et d’avoir été présente dans les deux premiers métrages. Une implication démesurée dans divers postes, une personne de confiance sur qui l’on peut compter.
  • Bruno, premier vrai défi et acteur principal du film, pour une prestation réussie.
  • Éric qui avait déjà tourné dans TRAHISON, interprétant le flic-ripoux avec une crédibilité sans faille, sa meilleure prestation à ce jour qui fut largement saluée. Comme sur TRAHISON, je lui ai délégué un peu de cadrage, l’espace de quelques plans parfaitement filmés.
  • Christian, un passé dans le théâtre, un artiste amateur au fort potentiel qui ne demande qu’à être mis en évidence.
  • Esteban, vingt ans, le junior de l’équipe pour ce qui restera certainement son unique grande expérience.
  • Fred, le figurant aux talents cachés qui a permis de détendre l’atmosphère durant six heures et demie de tournage.
  • Guy, un jeu d’acteur méthodique, malgré sa courte prestation.
  • Roger et Bernadette, nos deux fermiers que l’on ne remerciera jamais assez pour leur gentillesse, leur disponibilité et la confiance accordée.
  • Gérald et Almarique, qui nous ont permis de sécuriser au mieux le tournage sur les hauts d’Annonay de la scène dramatique (d’où découle toute l’histoire), captations étalées du 16 novembre au 20 décembre 2014
  • Sans oublier les très jeunes Loïc et Jérôme, qui n’étaient pas prévus au programme et qui, par leur présence, ont apporté « une pierre à l’édifice ».
© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

Pour l’occasion, il me paraît important de citer Daniel CARRARD, qui nous avait prêté ses immenses locaux lors d’une scène cruciale et qui, suite à cela, est devenu un véritable ami, un allié précieux au sens de l’analyse parfaitement aiguisé, d’esprit très ouvert et qui, à certains moments, a su trouver les mots lorsque le projet risquait de s’enliser.
Je pense n’avoir oublié personne…

Des opérations de promotion sont-elles prévues ? Envisages-tu déjà de nouveaux projets ?

Si la sortie du film avait été définie pour fin 2015 puis décalée sur 2016 suite aux rebondissements du projet et à des dérives extérieures, celle-ci sera effective à l’aube de l’été 2018 pour la version courte qui bénéficiera de :

  • la nouvelle installation évolutive ARCOX HOME STUDIO, entièrement dédiée au montage audio/vidéo et opérationnelle dès Août 2017 ;
  • un budget complémentaire plus large en amont de diffusion (droits musicaux et campagne publicitaire locale)

Cette longue attente s’avérera sans doute payante et récompensera l’ensemble des efforts fournis. Or, malgré ce conséquent retard, la promotion de DESTIN TROUBLANT judicieusement engagée voici plusieurs mois, se poursuivra à l’instinct entre interviews radiophoniques et succins articles de presse, en espérant que le public essentiellement web (des interventions en milieu scolaire, sites culturels, n’étant pas à exclure ultérieurement) sera sensible à notre démarche et tolérant dans la finalisation de ce projet sans but lucratif qui m’a imposé dix-neuf mois de sacrifices au détriment d’impératifs professionnels de premier ordre. (Vidéos du film sur notre Chaîne YouTube : ARCOX CinéWeb)

L’ultime défi à venir qui m’a imposé une profonde réflexion se nomme DEZINGO pour un format HD de quarante minutes, lui-même décliné dans une version plus élaborée d’une quinzaine de minutes destinée exclusivement à des événements publiques cinéphilesun thriller immersif complexe qui va me réclamer autant d’énergie mais qui, à l’inverse du précédent métrage, aura droit à une pré-production « aux petits oignons » avant un tournage structuré dans les moindres détails.

Tout le plaisir de gravir d’autres paliers et de poursuivre mon apprentissage en autodidacte sans prise de tête, notamment en collaborant à nouveau avec BOLT pour l’obtention de croquis et dessins (certains ayant vu le jour en avril 2016), sans omettre mon ami Daniel CARRARD, à la fois peintre talentueux et compositeur de musique confirmé qui m’épaulera dans la conception d’une bande originale faite sur-mesure lors d’un travail fastidieux qui s’étalera sur une période dense en émotions et en inspiration avec un top départ pour l’écriture du scénario vers l’automne 2017 joint aux premiers repérages d’éventuels sites de tournage, les départements Loire et Haute-Loire étant prioritairement privilégiés.

Clôturons avec les deux reportages exceptionnels de la web-émission HORIZ MAG (Évasion & Découverte) dont celui consacré au peintre/sculpteur François TAPIEZO en version revisitée et actualisée pour être en parfaite harmonie avec le très attendu portrait sur Mercedes TARAVILLO, une personnalité emblématique ardéchoise de l’univers de la montgolfière. Ce double programme axé 100% passion sera visualisable non-stop en octobre puis en décembre 2017, essayant d’exploiter au maximum les possibilités qu’offre le domaine de l’image pour un plaisir communicatif via l’apport d’autres numéros. (Les reportages HORIZ MAG sont dispo sur notre Chaîne YouTube : ARCOX DocWeb)

Dans l’attente, je reste très optimiste pour la suite avec des idées plein la tête et la concrétisation de nouvelles ambitions.

 

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

***

Propos recueillis par Fab!en (EscapeToCulture.net).
Contenu visuel ARCOX STUDIO autorisé sous accord préalable avec l’auteur.
Contenu de l’interview modifié le 12 juillet 2017 avec l’accord préalable de Serge BIOLAY.
Visitez le site officiel d’ARCOX STUDIO !

© EscapeToCulture.net / ARCOX Std - Serge Biolay Tous droits réservés - Juin 2016

© EscapeToCulture.net / ARCOX STUDIO – Serge Biolay
Tous droits réservés – Juin 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *