[CINÉMA] Cinderella (2015)

Décidément, les studios Disney savent encore nous surprendre ! Via cette adaptation « live » d’un de leurs grands classiques, ils réussissent, une fois de plus, à faire du neuf avec du vieux. Ce qui fait que cette version 2015 de Cendrillon possède une touche à la fois moderne et traditionnelle.

Moderne, d’abord, car les héros et la méchante ont chacun une personnalité plus fouillée. On comprend alors que certaines raisons ont poussé Lady Tremaine à haïr sa belle-fille ; on ressent vraiment le désir du prince de s’éloigner des conventions que lui impose son rang. Tandis que l’héroïne conserve cette niaiserie et cette douceur qui l’ont toujours si bien caractérisée, tout en développant une forte personnalité. Enfin, la bonne fée est à la fois maternelle et cinglante. On remercie donc Kenneth Branagh d’avoir permis aux acteurs (respectivement Cate BlanchettRichard Madden, Lily James et Helena Bonham Carter) de redonner vie et de jouer ces personnages à leur manière.

Traditionnelle, ensuite, car le film est clairement niais et enfantin dans le fond et la forme, ce qui est assumé du début à la fin. Et on pousse le bouchon encore plus loin, au travers des décors, des effets spéciaux et des costumes, qui nous rappellent sans cesse que Cendrillon est un véritable conte de fées, que ce soit sous la forme d’un film ou celle d’un dessin-animé. Mais, encore une fois, le scénario donne au tout une belle profondeur, ce qui permet à la modernité et au « classicisme » de cohabiter parfaitement.

Ainsi, Disney avait mal commencé sa reconversion en 2010, avec Alice in Wonderland. Or les studios la poursuivent à merveille, cinq ans après. En attendant Le Livre de la Jungle et La Belle et la Bête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *