[CINÉMA] Immortals

Le roi Hypérion est à la recherche de l’arc d’Epiros, afin de pouvoir libérer les titans, emprisonnés par les dieux de l’Olympe dans le Mont Tartare. Pour cela, il doit trouver Phèdre, l’Oracle qui est la seule à savoir où se trouve l’arc. Sur son passage, Hypérion prend d’assaut le village de Thésée, un jeune paysan, et tue de sang-froid la mère de ce dernier. Le jeune Thésée jure alors de traquer Hypérion, pour venger la mort de sa mère…

Bon honnêtement, je n’arrive pas trop à savoir si j’ai été déçu ou si j’ai passé un agréable moment. Pourtant, je ne m’attendais pas spécialement à voir un grand film (la bande-annonce ne m’avait fait ni chaud, ni froid). Je m’attendais tout de même à quelque chose de plus spectaculaire, surtout que le budget s’élève à plus de cent millions de dollars ! Sauf qu’en regardant Les Immortels (Immortals en VO), on peut se demander où est passé tout cet argent.

Déjà, j’ai dû voir le film en 3D, un dimanche soir à 22h30, dans une petite salle. De « mauvaises » conditions donc, autant le dire ! Car c’est là qu’on se rend compte que Les Immortels est un film à voir sur un très grand écran, car sinon, on ne peut pas vraiment profiter du spectacle. Bon, cela dit, j’avais vu Le Choc des Titans chez moi, mais c’était autre chose malgré tout. Le problème majeur ici, c’est que Tarsem Singh avait tout pour rendre Immortals épique. Sauf que, au final, tout n’est que surfait.

La preuve avec les combats, et pourtant, ils sont censés être les scènes avec des effets visuels de ouf. Mais voilà, à part le premier combat (celui où la mère de Thésée clamse, tandis que le visage de ce dernier se tord jusqu’à en être constipé), on reste de marbre le reste du temps. Le combat final m’a même laissé indifférent, c’est dire ! Cependant, les effets ralentis (comme ceux qu’on trouve dans les jeux-vidéos) sont sympathiques, et c’est vraiment dommage que le réalisateur n’en ait pas fait davantage.

Les lignes de dialogue font peine à voir également. Peut-être est-ce dû au doublage (mauvais également), ou alors au fait que ce genre cinématographique ne se prête pas tant à ça ? Vraiment, c’était insupportable de voir s’enchaîner les idioties verbales toutes les deux secondes.

Quant aux acteurs, ils n’ont pas là des rôles « à Oscars », mais un effort au niveau du jeu n’aurait pas été du luxe. Et je dirais que Mickey Rourke est celui qui s’en sort le mieux (malgré les répliques toutes faites de son personnage), de même que Stephen Dorff et Freida Pinto pour les humains, ainsi que Luke Evans et Isabel Lucas pour les dieux. À côté d’eux, Henry Cavill fait peine à voir, tant on sait qu’il peut faire beaucoup mieux (regardez la série Les Tudors pour vous en rendre compte). Et il manque affreusement de charisme pour interpréter un héros de cette trempe. Mais encore une fois, je pense qu’il faut plus blâmer la VF qu’autre chose.

Heureusement, Les Immortels est pourvu d’une image léchée, de magnifiques décors et de beaux effets visuels (je repense notamment à la scène où Poséidon plonge dans la mer). Pour retranscrire visuellement la Grèce antique au cinéma, les américains ont toujours été forts ! Car bon, pour ce qui est de rester fidèles aux faits historiques, c’est carrément le contraire ! Mais après tout, est-ce qu’on cherche à avoir un cours d’histoire, quand on va voir un film de ce genre ? Pas vraiment ou alors, autant aller se cultiver avec des livres spécialisés dans ce domaine. Pour en revenir au style visuel de Tarsem Singh, c’est un peu pareil : soit on aime, soit on n’aime pas. Pour ma part, le côté légèrement kitch ne m’a du tout dérangé, et honnêtement, il y a pire.

Le scénario est également bien écrit, malgré quelques incohérences. Il prend le temps d’installer progressivement l’intrigue, ainsi que les personnages (même si on ne s’y attache pas tellement, au final). Cependant, il y a beaucoup de longueurs, et je me suis beaucoup ennuyé après la première demi-heure.

Je finis cette critique en citant une bande-annonce du film qui m’a bien fait rire : « Pendant que les filles iront voir des vampires, les mecs auront droit à l’action pure ! ». Alors ce n’est pas que je veux jouer mon gros fanatique d’Edward et Bella, mais je n’ai pas trouvé Les Immortels ultra-violent (malgré le sang qui giclait sans raison dans tous les sens), ni même titanesque au niveau des combats (je l’ai déjà dit ça). Enfin bref, tout ça pour dire que le film aurait pu être mieux. Or je me suis bien amusé quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *