[CINÉMA] How Do You Know

Lisa et Georges n’ont pas de chance dans la vie : la première est virée de son club sportif du jour au lendemain, tandis que le second est accusé d’avoir détourné de l’argent. La première rencontre un célèbre joueur de baseball imbu de lui-même, tandis que le second se fait larguer par sa petite-amie. Ces deux-là vont finir par se rencontrer, et si le second tombe vite sous le charme, la première s’enfonce dans un tourbillon d’hésitations sans fin…

Il y a des films dont on « sait » qu’ils vont être pertinemment mauvais, et ce avant même de les avoir vus. On ne peut pas vraiment expliquer pourquoi. Peut-être est-ce à cause du pitch inintéressant ? Ou bien à cause de la bande-annonce, qui ne nous donne absolument pas envie d’en savoir plus ? Il y a peut-être l’affiche, qui est plutôt belle et met bien en valeur Reese Witherspoon. Ces deux arguments m’ont convaincu de regarder le film Comment Savoir. Grossière erreur.

Pour résumer, How Do You Know est l’archétype de la comédie romantique américaine infecte et bourrée de gros défauts. On commence par cette bande son infâme, qu’on ressort dans (presque) tous les films d’amour mielleux. En fait, plus le temps passe, plus on plonge dans la léthargie. Autant ce n’est pas trop dur de supporter la première heure, autant on lâche complètement prise durant la deuxième partie. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : on s’emmerde avec ces personnages blasés de la vie.

On aurait pu compter sur le casting pour rehausser le tout, en faisant de ce navet une bonne comédie romantique, mais même eux semblent être aussi paumés que nous. Reese Witherspoon et Paul Rudd ne sont pourtant pas mauvais. Mais voilà, on finit par être gavés par leurs personnages, tant ils s’apitoient trop sur leur sort. Néanmoins, une certaine alchimie se dégage dans leur couple, ce qui fait qu’on se délecte bien de leurs scènes. Face à eux, on retrouve un Owen Wilson toujours aussi tête à claques (et toujours aussi nul dans ce qu’il fait), et un Jack Nicholson qui se fait trop vieux, alors qu’on l’attendait dans un rôle de véritable tyran (voire même de salopard sans aucun scrupule).

On enfonce un peu plus le clou de la médiocrité, avec un scénario qui tourne en rond et s’éternise trop, ainsi qu’avec des dialogues trop bavards. Vraiment, il faut arrêter avec les comédies faussement intelligibles et intellectuelles. Intelligible, How Do You Know l’est sans doute. Intellectuel, il parvient à ne jamais l’être. Cela dit, il reste quelques scènes qui valent le détour et nous font sourire ou nous touchent (comme celle de la demande en mariage dans la chambre d’hôpital).

Un film qui fait office de somnifère et agit durant deux heures sur le cerveau. Reste la belle Reese Witherspoon, décidément photogénique sur grand écran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *