[CINÉMA] No Strings Attached

Emma et Adam ont toujours été attirés l’un par l’autre, sans jamais se l’avouer. Et ils ont tellement peur de l’avouer qu’ils s’engagent dans une relation libre, juste pour le plaisir de coucher ensemble. Mais les sentiments ne tardent pas à reprendre le dessus…

2011 sera décidément l’année Natalie Portman. On la retrouvera bientôt dans Thor et The Other Woman, mais en attendant, c’est dans Sex Friends (No Strings Attached en VO) qu’on vient l’admirer. Et honnêtement, on se demande bien ce qu’elle est allée faire dedans. Bon, on peut se dire qu’elle a voulu faire quelque chose de plus léger, après l’immense effort physique et psychologique qu’a suscité Black Swan. Mais qu’importe, cette actrice vaut à mes yeux beaucoup mieux que ce navet romantique à deux francs six sous.

J’avoue que j’étais curieux de la voir dans un autre registre, que celui auquel elle nous a habitués jusque-là (hormis Garden State, où elle était fabuleusement pétillante). En comparaison, Kate Winslet s’était essayée à la comédie romantique légère avec The Holiday, et c’était réussi. Là, l’essai est complètement raté. Natalie fait vraiment le strict minimum, et même si parfois, elle arrive à nous faire décrocher un sourire (voire même à nous faire rire, lors de la scène du restaurant), elle a du mal à être convaincante.

Et ne parlons pas d’Ashton Kutcher, qui prend visiblement beaucoup de plaisir à jouer toujours le même type de personnage, et ce, dans le même genre de film. Ou encore de Kevin Kline (le père d’Adam), d’Ophelia Lovibond (Vanessa) et de Lake Bell (Lucy), tous aussi caricaturaux les uns que les autres. A vrai dire, aucun personnage ne bénéficie de psychologie véritable, et c’est un des gros points faibles du film. Certains acteurs s’en tirent, au contraire, plutôt bien, comme Greta Gerwig (Patricia) et Jake M. Johnson (Eli).

Ce qui est également très énervant (et ennuyeux) dans Sex Friends, c’est que tout est hyper prévisible. Ok, c’est le principe de base d’une comédie romantique, sauf qu’ici, il n’y a presque aucun rebondissement ! Les deux héros passent plus d’une heure et demie à se tourner autour, sans jamais vouloir s’avouer mutuellement leurs sentiments, et ça en devient chiant à mourir. Leur relation n’est crédible en aucune cas, et en comparaison, Love et autres drogues s’en sortait largement mieux, de ce côté-là. Les gags et les dialogues ne sont même pas drôles (sauf certains passages et certaines répliques), et la VF est affreuse.

En gros, il n’y a rien pour rattraper ce désastre. Le seul avantage qu’on pourrait à trouver à ce No Strings Attached, c’est le fait que Natalie Portman soit toujours aussi jolie (et un peu trop mince, d’ailleurs).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *