[CINÉMA] Welcome to the Rileys

Douglas et Lois Riley s’aimaient autrefois. Mais depuis que leur fille unique est morte dans un accident de voiture, ils se sont éloignés l’un de l’autre. Lois vit désormais recluse dans le foyer familial, tandis que Doug la trompe avec une certaine Vivian. Lorsqu’il doit partir pour la Nouvelle-Orléans pour son travail, ce dernier tombe sur Mallory, une jeune strip-teaseuse de seize ans qui vit dans un taudis et n’a même pas de quoi se payer à manger. Son instinct paternel reprenant le dessus, Doug décide de s’occuper de la jeune fille…

Pour être franc, je m’attendais à quelque chose d’ennuyeux. Mais l’histoire est suffisamment prenante pour qu’on ne décroche pas ses yeux de son écran une seule fois. En fait, Welcome to the Rileys soulève des arguments qui vont en sa faveur comme des arguments qui lui portent préjudice.

Parlons d’abord du trio d’acteurs. Tous les trois sont justes. Je trouve d’ailleurs que Melissa Leo est celle qui s’en sort le mieux. Elle parvient à rendre son personnage attachant, malgré la faiblesse du scénario (dont je vous parlerai plus bas). Mais son partenaire James Gandolfini livre également une performance acceptable, pas extraordinaire non plus, cependant. En ce qui concerne Kristen Stewart, si on peut applaudir la grosse prise de risque – elle est à mille lieux des personnages qu’elle incarne d’habitude, dans un rôle à contre-emploi –, elle a encore du chemin à faire. Mais il y a quand même du progrès. Donc oui, tous les trois jouent juste, mais ils font le strict minimum. Est-ce de leur faute pour autant ?

En effet, la faute revient au scénario qui ne met pas assez ses personnages en valeur. Ce film raconte tout de même l’histoire d’un couple déchiré par la mort de leur fille unique, et celle d’une adolescente orpheline paumée. Ce n’est donc pas rien ! Et pour le coup, c’est dommage, car il y avait justement de quoi permettre aux acteurs de se surpasser. Là, on n’a pas vraiment l’impression de voir des vies brisées par la tragédie.

Il reste donc la forme. Et à défaut d’avoir su scénariser correctement son histoire, Jake Scott a fait du bon travail avec la photographie. Personnellement, j’ai beaucoup aimé le fait que le personnage de Doug soit mis en scène dans des décors sombres (au début, du moins), histoire de montrer qu’il souffre intérieurement, alors que celui de Lois soit toujours en pleine lumière (afin que l’on comprenne qu’elle exprime ouvertement sa douleur). Dans l’ensemble, l’image de ce film est vraiment bien traitée.

Welcome to the Rileys n’est pas mauvais, si bien que je le classerais parmi les meilleurs films de Kristen Stewart. On n’est pas non plus tenté de regarder sa montre. Mais ça aurait pu être mieux.

Suivez-moi !

Fab!en

Blogueur & Administrateur chez EscapeToCulture.net
Blogueur Culturel qui aime bien cinéphiler, écouter de la POP et plein d'autres choses !
Suivez-moi !

Les derniers articles par Fab!en (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *